BFMTV
Afrique

Ghana: une église vandalisée après une prophétie malheureuse

Croix catholique (illustration)

Croix catholique (illustration) - SEBASTIEN BOZON / AFP

Lors de son traditionnel sermon de la veille du Nouvel an, un pasteur a prédit la mort du principal imam du pays dans le courant de l'année.

Un groupe de jeunes musulmans a vandalisé mercredi 2 janvier une église évangélique de la capitale ghanéenne, Accra, après que son pasteur eut prédit la mort du principal imam du pays en 2019. Armés de machettes et de matraques, les jeunes en colère ont attaqué un agent de sécurité à l'entrée de l'église, avant de jeter des pierres sur les vitres et de vandaliser le mobilier et les instruments de musique à l'intérieur du lieu de culte.

Lors de son traditionnel sermon de la veille du nouvel an, le pasteur du Ministère de la Parole glorieuse et de la Puissance, le révérend Isaac Owusu-Bempah, avait prédit la mort de la principale autorité musulmane du pays, le cheikh Usman Nuhu Sharubutu, et du vice-président des Musulmans du Ghana, Mahamudu Bawumia.

"Le Ghana est respecté aux yeux du monde pour la coexistence pacifique entre chrétiens et musulmans. Nous sommes tous frères et rien ne doit nous diviser", a déclaré le cheikh Sharubutu qui a condamné les représailles menées par les jeunes de sa communauté. "Nous devons tous nous contrôler et prier pour la vie. Le Ghana est tout ce que nous avons. La religion est censée nous unir et non nous diviser", a-t-il ajouté.

Ces prédictions "ne se réaliseront pas"

De son côté, le Conseil pentecôtiste et charismatique du Ghana, qui supervise les activités religieuses des Eglises évangéliques, a condamné les violences, mais aussi la prophétie controversée.

"Le Conseil estime que les prophéties concernant des personnes doivent être communiquées à ces personnes personnellement et en privé (...) afin de ne pas créer la peur et la panique dans la nation tout entière", a déclaré dans un communiqué le révérend Paul Frimpong-Manso.

Le responsable religieux a ajouté que ces prédictions "ne se réaliseront pas", appelant les quelque 200 Eglises membres de son organisation à "jeûner et prier pour éviter un tel désastre".

Me.R. avec AFP