BFMTV

Une statue de Gandhi retirée d'une université au Ghana

Image d'illustration.

Image d'illustration. - DOMINIQUE FAGET / AFP

Dans la nuit de mardi à mercredi, une statue de Gandhi a été retirée dans une université du Ghana, après des accusations de racisme.

Une statue du leader indien de l'indépendance, Gandhi, a été retirée de la plus prestigieuse université du Ghana après que l'apôtre de la non-violence eut été accusé d'avoir fait preuve de racisme contre des Africains noirs.

Passé colonial du continent

L'ancien président indien Pranab Mukherjee avait inauguré la statue de l'icône de la paix mondiale à l'Université du Ghana à Accra, il y a deux ans, comme symbole des liens entre les deux nations.

Mais des enseignants ont rapidement lancé une pétition réclamant son retrait, citant des passages écrits par Gandhi affirmant que les Indiens étaient "infiniment supérieurs" aux Africains noirs.

La protestation en ligne était l'une des nombreuses manifestations organisées sur les campus universitaires en Afrique et ailleurs au sujet des symboles durables du passé colonial du continent.

La statue de Gandhi sur le campus de la Legon aurait été enlevée dans la nuit de mardi à mercredi, ont déclaré des étudiants et des professeurs. 

"Victoire massive pour tous les Ghanéens"

Obadele Kambon, directeur des langues, littérature et théâtre à l'Institut d'études africaines, a déclaré que ce retrait était une question de "respect de soi".

"Si nous montrons que nous n'avons aucun respect pour nous-mêmes et que nous méprisons nos propres héros et que nous louons ceux qui n'avaient aucun respect pour nous, alors il y a un problème", a-t-il dit. "Si nous ne montrons aucun respect pour nos héros, comment le monde peut-il nous respecter ? C'est la victoire de la dignité et du respect de soi des Noirs. La campagne a porté ses fruits", a-t-il estimé.

Un étudiant, Benjamin Mensah, a ajouté que "c'était une victoire massive pour tous les Ghanéens parce que ça nous rappelait constamment à quel point nous sommes inférieurs".

Un héritage en Afrique mitigé

Les autorités de l'université ont refusé de commenter l'affaire alors qu'un fonctionnaire du ministère ghanéen des Affaires étrangères a seulement dit qu'il s'agissait d'"une décision interne de l'université".

Bien que l'on se souvienne plus souvent de Gandhi pour sa résistance à la domination coloniale britannique dans son Inde natale, son héritage en Afrique est plus mitigé. Il a vécu et travaillé comme avocat en Afrique du Sud de 1893 à 1915.

Au Malawi, des militants tentent actuellement d'empêcher l'érection d'une statue de Gandhi dans la capitale Blantyre, soutenant également qu'il a utilisé des insultes raciales contre les Noirs.

B.L. avec AFP