BFMTV

Egypte: 24 policiers tués dans une attaque au Sinaï

Des soldats égyptiens déployés dans le nord du Sinaï prient, le 16 juillet dernier.

Des soldats égyptiens déployés dans le nord du Sinaï prient, le 16 juillet dernier. - -

Une attaque à la roquette visant la police égyptienne a tué 24 membres des forces de l'ordre, ce lundi. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière dans le pays depuis plusieurs années.

La police égyptienne a été frappée ce lundi par l'attaque la plus meurtrière depuis des années dans le pays, avec au moins 24 morts dans le Sinaï. Cet attentat survient en pleine crise entre l'armée et les partisans du président islamiste Mohamed Morsi, qu'elle a destitué le 3 juillet dernier.

Attaque à la roquette

Des assaillants soupçonnés d'appartenir à la mouvance radicale islamiste ont attaqué à la roquette deux minibus de la police dans le nord de cette péninsule instable, où les attaques meurtrières contre les forces de l'ordre se sont multipliées depuis la destitution de Mohamed Morsi le 3 juillet, selon des sources médicale et de sécurité.

Cette attaque porte à 73 le bilan des membres des forces de l'ordre tués dans le seul Nord-Sinaï depuis la destitution du président Morsi. Durant cette même période, l'armée a affirmé avoir tué près de 70 "terroristes" au Sinaï.

Le passage de Rafah fermé

Le ministère de l'Intérieur a accusé des "terroristes" d'avoir commis cette attaque après laquelle les autorités égyptiennes ont fermé le point de passage de Rafah avec la bande de Gaza contrôlée par les islamistes du mouvement palestinien Hamas.

Après les violences qui ont fait plus de 800 morts depuis mercredi à travers le pays, la police et l'armée décimant chaque jour un peu plus les rangs des manifestants pro-Morsi, le général Abdel Fattah al-Sissi, chef de la toute-puissante armée et nouvel homme fort du pays, a juré dimanche soir que l'Egypte ne "cèderait" pas face à la "violence" des islamistes.

Dans ce contexte, les représentants des 28 Etats membres de l'Union européenne devaient se réunir à Bruxelles pour examiner la profonde crise en Egypte.