BFMTV

Abou Bakr al-Baghdadi, le fondateur de Daesh, se cacherait à Mossoul

D'après un haut gradé kurde interviewé par le quotidien britannique The Independant, le chef et fondateur de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, se cacherait à Mossoul, où les forces irakiennes sont entrées mardi. La présence de ce personnage clé pourrait prolonger ou compliquer la bataille qui s'y livre.

C'est une information qui pourrait tout changer. Abou Bakr al-Baghdadi, le chef et fondateur de Daesh, se trouverait à Mossoul, la ville irakienne que la coalition internationale tente actuellement de libérer de l'organisation terroriste. Dans les colonnes du quotidien britannique The Independant, Fouad Hussein, le chef de cabinet du président kurde Massoud Barzani, affirme en effet que le chef de Daesh se cache dans cette ville où, d'après des estimations américaines, se trouvent 3.000 à 5.000 jihadistes, pour au moins 1,5 million d'habitants.

La bataille de Mossoul a pris un nouveau tournant mardi, lorsque les forces irakiennes sont entrées dans la ville. Si elle s'achevait par une défaite pour Daesh, elle pourrait entraîner la chute de l'organisation. Et si la présence d' Abou Bakr al-Baghdadi était confirmée, cela pourrait favoriser l'implosion du mouvement terroriste. S'il venait à être tué, Daesh devrait lui choisir un successeur en pleine bataille, souligne The Independant, qui doute que son remplaçant puisse avoir autant d'autorité que lui.

La bataille sera longue

Mais sa présence au coeur de la bataille de Mossoul pourrait aussi prolonger ou compliquer les combats côté coalition, car ses partisans seront sans doute prêts à mourir pour le défendre.

En juin 2014, après la prise de Mossoul, al-Baghdadi avait proclamé un califat sur les territoires conquis par l'organisation terroriste en Syrie et en Irak. Il est resté caché ces huit ou neuf derniers mois, précise Fouad Hussein, ajoutant que le dirigeant est devenu très dépendant des chefs locaux de Daesh, notamment ceux de Mossoul et Tal Afar, à l'ouest de la ville.

Quelle que soit l'issue de la bataille de Mossoul, la plupart des responsables tablent sur une opération longue car Daesh a eu deux ans pour se préparer à défendre la ville, depuis l'instauration du califat.

Charlie Vandekerkhove