BFMTV

Trois mètres carré de glace arctique fondent à chaque vol Paris-New York

Un ours polaire teste la solidité de la glace arctique.

Un ours polaire teste la solidité de la glace arctique. - Mario Hoppmann - AFP

Une étude menée par deux climatologues affirme qu'une tonne de C02 émise dans l'atmosphère fait fondre trois mètres carré de banquise arctique.

Une étude publiée par la revue Science, citée par Europe 1, affirme que chaque voyage réalisé par une personne entre New-York et une destination européenne, vol qui produit une tonne de C02, fait fondre trois mètres carré de banquise arctique.

En 2016, l'étendue des glaces a atteint un minimum de 4,14 millions de km², ce qui représente sa plus faible superficie depuis 2007. Selon les auteurs de l'étude, la banquise arctique s'est réduite de moitié en été, et pourrait disparaître totalement d'ici le milieu du siècle si rien n'est fait pour réduire drastiquement les émissions de CO2. En observant l'activité des glaces et l'évolution des températures, ils sont parvenus à établir un lien entre la superficie de la banquise et les émissions de C02.

L'étude a observé que le fait de limiter à 2 degrés Celsius la hausse de la température globale n'est pas suffisant pour permettre aux glaces de se maintenir en été. Pour qu'elle ne disparaisse pas totalement durant la saison estivale, il faudrait que l'accord de la COP21 soit respecté et que la montée des températures soit plafonnée à 1,5 degré Celsius.

F. H.