BFMTV

Texte contre les OGM: "bâclé" pour certains, sénateurs "incohérents" pour d'autres

Les autorisations de cultures OGM sont actuellement délivrées par l'UE.

Les autorisations de cultures OGM sont actuellement délivrées par l'UE. - -

Pour le sénateur qui avait déposé un texte visant à interdire les OGM, le rejet a du mal à passer. Mais ses confrères qui ont voté contre estiment que le texte est "bâclé" et "illégal".

Les sept sénateurs du groupe RDSE (à majorité PRG), qui ont rejeté lundi aux côtés de l'UMP une proposition de loi socialiste visant à interdire le maïs OGM, ont dénoncé mercredi "un texte de circonstance" et réfuté les accusations de l'auteur du texte.

Le socialiste Alain Fauconnier, l'auteur de la proposition de loi, a critiqué mardi l'"incohérence" de l'UMP et du RDSE, à majorité PRG, qui ont voté contre.

"La véritable 'turpitude' dans ce texte bâclé au dernier moment est que le signataire de la proposition de loi litigieuse ait déposé un texte totalement illégal, ce qui explique certainement que le gouvernement ne voulait pas le porter", écrivent dans un communiqué ces sénateurs.

"Le Parlement n'a pas vocation à voter des textes de circonstance en contradiction avec les lois internationales et nationales", ajoutent-ils. Sur les 19 membres du groupe RDSE, sept avaient voté pour une motion rejetant la proposition de loi, dix avaient voté contre, un s'était abstenu et un n'avait pas pris part au vote.

"Des alliances contre-nature"

Ce vote "est le fait" des sénateurs de droite UMP et UDI-UC, "et de 7 sénateurs RDSE", membres de la majorité gouvernementale, avait pointé Alain Fauconnier dans un communiqué.

"Cela témoigne d'une position incohérente sur un sujet qui, jusqu'à présent, faisait consensus", ajoute le sénateur de l'Aveyron. "L'action opiniâtre des lobbys semenciers a mené l'UMP à s'asseoir sur ses positions antérieures et à conduire une stratégie jouant sur la procédure parlementaire", a-t-il ajouté.

"Des alliances contre-nature se sont formées et ont révélé la duplicité et la turpitude d'un certain nombre de sénateurs radicaux", a également taclé Alain Fauconnier.

Après le rejet du Sénat, les députés socialistes ont déposé mardi une proposition de loi identique pour qu'elle puisse être adoptée en avril, avant les semis.

A.D. avec AFP