BFMTV

Sur un bateau de croisière, l'air est plus pollué que dans les villes les plus polluées du monde

Bateau de croisière sur l'Hudson River, à New York

Bateau de croisière sur l'Hudson River, à New York - STEPHEN CHERNIN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

D'après une enquête diffusée sur la chaîne britannique Channel 4, un bateau de croisière peut émettre en une journée autant de particules très fines qu'un million de voitures.

Ils pensent respirer l'air pur et frais du large, mais les passagers des bateaux de croisière inhalent pourtant d'importantes quantités de particules très fines. Telle est la conclusion d'un reportage d'investigation réalisé pour l'émission Dispatches, diffusée sur la chaîne britannique Channel 4.

Le niveau de pollution enregistré sur le pont de certains bateaux est parfois pire que dans les villes les plus polluées du monde, estiment les auteurs de cette enquête, qui se sont focalisés sur les navires du plus grand opérateur de croisières en Grande-Bretagne, P&O Cruises.

Alors que ces voyages sont de plus en plus prisés par les vacanciers britanniques, qui sont près de deux millions à partir en croisière chaque année, l'enquête assure qu'un bateau peut à lui seul émettre en une journée autant de particules très fines qu'un million de voitures réunies. Par extension, l'enquête indique que trente bateaux de croisière produisent autant de pollution que toutes les voitures en service au Royaume-Uni.

Plus de pollution que dans le quartier londonien de Piccadilly Circus

Un outil de mesure testé sur un navire pouvant accueillir plus de 2.000 passagers a ainsi révélé que le volume de particules très fines sur le pont extérieur du bateau s'élevait à 84.000 par cm3. A proximité des cheminées, ce taux pouvait atteindre 144.000, avec un pic à 226.000. Soit le double de la moyenne enregistrée dans le quartier de Piccadilly Circus à Londres. 

"On pourrait relever de tels volumes dans les villes les plus polluées du monde comme Shanghai ou New Delhi", estime le docteur Matthew Loxham, cité dans le reportage, qui évoque les problèmes pour la santé provoqués par une exposition à ces particules.

"Une exposition de courte durée peut causer des problèmes respiratoires, notamment chez les personnes asthmatiques ou celles souffrant de maladies cardiovasculaires", affirme-t-il. Les membres de l'équipage, exposés plus longuement à ces particules, pourraient quant à eux présenter des symptômes que "nous commençons juste à comprendre", indique le docteur Loxham.

Mélanie Rostagnat