BFMTV

Powerday: mon entreprise au service des autres

Powerday: une quarantaine de projets d'associations soutenus pendant une journée par des collaborateurs de Kurt Salmon

Powerday: une quarantaine de projets d'associations soutenus pendant une journée par des collaborateurs de Kurt Salmon - -

Le cabinet de conseil en transformation des entreprises Kurt Salmon affiche depuis des années ses valeurs. Parmi elles, le capital humain. C'est donc naturellement qu'est né il y a 5 ans le Powerday. Une journée très spéciale où tous les employés se rejoignent dans le cadre de projets caritatifs, humanitaires ou environnementaux. Ce vendredi 30 août ce sont 80 projets qui ont pu bénéficier du soutien du cabinet dont une quarantaine en France. Illustration en plein coeur de Paris avec Blue Energy Group.

Quand on pousse les portes de la salle de réunion de l'organisation à but non lucratif installé à la Ruche dans le 10ème arrondissement de Paris, pas d'effervescence particulière mais beaucoup de concentration. Ce 30 août, Blue Energy Group et Kurt Salmon préparent activement la fin de l'année.

Depuis 2004, la mission de l'association consiste à rendre possible un éclairage individuel et collectif écologique, le traitement de l’eau, le stockage des médicaments et la réfrigération des produits de la pêche. Un pays de prédilection: le Nicaragua où les deux fondateurs sont allés régulièrement dans leur jeunesse. Le Nicaragua et plus particulièrement la côte des Caraïbes, aussi pauvre qu'Haïti. Là-bas, 92 % de la population n'a pas accès à l'eau potable et plus de 75 % de la population à l’électricité.

Pour les aider, il faut collecter de l'argent. Blue Energy Group bénéficie de subventions et est accompagnée par des partenaires privés. Mais l'appel aux dons est nécessaire. Autour de la table ce vendredi ensoleillé, les 2 représentantes en France de Blue Energy Group et six collaborateurs de Kurt Salmon. Ils sont venus en masse. Qui donne, pourquoi, dans quel but? Les questions fusent. Et pourquoi ne pas envisager de faire une campagne à une autre période? "Notre association a besoin de se professionnaliser et une journée comme celle-ci est plus qu'importante", explique Fanny Faivre d'Arcier chargée du développement de Blue Energy Group. "C'est la première fois que je sens un échange aussi riche".

Mécénat de compétences

Vincent Chaudel directeur de la communication de Kurt Salmon est d'ailleurs frappé par l'évolution de la demande au fil des années. De 2008 à 2010, les associations avaient besoin avant tout d'aide opérationnelle notamment pour des campagnes de collecte. Powerday avait ensuite marqué une pause en raison du rapprochement entre le cabinet français d'origine Ineum et Kurt Salmon mais aussi d'une période moins faste économiquement.

Cette année, avec la reprise de l'opération, un virage semble pris: la demande de mécénat de compétences domine. Et d'ailleurs, "c'est cette capacité à se remettre en cause qui me frappe", raconte Robert Monterfield associé au cabinet qui supervise cette journée chez Blue Energy Group. "Conseiller des grands groupes du CAC 40 n'a rien à voir avec l'accompagnement d'une organisation à but non lucratif." Ce défi fait d'ailleurs pétiller ses yeux.

Donner du sens

Les idées n'ont pas manqué pour ce Powerday, les passer toutes en revue relève de l'impossible: réaliser un rêve d’enfants hospitalisés avec l’association 1 Maillot pour la Vie; brainstormer sur une gamme de produits dérivés pour la Croix Rouge Française; défricher un espace labellisé réserve naturelle pour Écoute Nature ou encore rédiger un cahier des charges d’applications tablettes et smartphones pour Autistes Sans Frontières.

Pour Kurt Salmon, Powerday est une journée particulière mais pas question de contraindre les salariés. Alors que certains sont encore en congés, le bilan est plus qu'encourageant: les trois quarts des salariés ont décidé de se mobiliser. Ils peuvent apporter des idées et dans tous les cas choisissent les dossiers dans lesquels ils souhaitent s'investir. Le cabinet de conseil en transformation des entreprises y voit une belle opportunité de mobiliser en interne. Des collaborateurs qui ne se voient jamais se mettent à échanger, certains se découvrent donateurs, d'autres posent des questions sur le bénévolat. Les salariés sont payés comme un jour ordinaire. Pour tout le groupe, cette journée représente 500.000 à un million d'euros investis mais le jeu en vaut la chandelle pour Vincent Chaudel. "La moyenne d'âge de nos salariés est de 32 ans, nos consultants sont proches de la génération Y et cherchent à donner du sens à leur travail, pas seulement améliorer la rentabilité d une entreprise pour que son cours monte en bourse." Mais une journée, n'est-ce pas un peu bref? L'idée d'un Poweryear avait déjà germé il y a quelques mois, les 1.400 consultants des 13 pays ne seront peut-être pas tous mobilisés mais pourquoi ne pas envisager d'en accompagner certains dans une démarche à long terme?

Nathalie Croisé de BFM Business