BFMTV

Plainte de Greenpeace contre Areva sur des déchets nucléaires

L'organisation écologiste Greenpeace a porté plainte contre Areva pour stockage de déchets nucléaires dans un lieu non prévu a cet effet, mais un porte-parole d'Areva a déclaré que le groupe nucléaire possédait toutes les autorisations nécessaires. /Photo

L'organisation écologiste Greenpeace a porté plainte contre Areva pour stockage de déchets nucléaires dans un lieu non prévu a cet effet, mais un porte-parole d'Areva a déclaré que le groupe nucléaire possédait toutes les autorisations nécessaires. /Photo - -

PARIS (Reuters) - Greenpeace a porté plainte contre Areva pour stockage de déchets nucléaires dans un lieu non prévu a cet effet, a annoncé mardi...

PARIS (Reuters) - Greenpeace a porté plainte contre Areva pour stockage de déchets nucléaires dans un lieu non prévu a cet effet, a annoncé mardi l'organisation écologiste.

Selon elle, le groupe nucléaire français stocke depuis le 25 octobre des containeurs de déchets vitrifiés hautement radioactifs au terminal ferroviaire de Valognes (Manche), qui n'est pas qualifié pour cela.

Un porte-parole du site Areva de La Hague, où sont traités les déchets, a répondu que ce terminal était utilisé depuis dix ans et qu'Areva possédait toutes les autorisations.

Selon Yannick Rousselet, de Greenpeace France, "ces déchets ne devraient pas être entreposés dans ce terminal, même pour une journée".

"Avec un seul de ces canisters entreposés dans ce terminal ferroviaire, on est largement au-dessus de la limite qui oblige un entreposage à être déclaré Installation nucléaire de base", ce qui n'a pas été fait, poursuit-il dans un communiqué.

Le porte-parole d'Areva à La Hague a répondu que "depuis dix ans, on procède exactement de la même manière: les containeurs sont transférés sur le terminal ferroviaire de Valognes, ils sont regroupés à Valognes, ils y restent quelques jours et partent en train".

"Naturellement, pour tout cela, on a les autorisations", a-t-il ajouté.

Selon Greenpeace, ces déchets doivent quitter Valognes vendredi pour Gorleben, dans le nord de l'Allemagne, dans ce que l'organisation qualifie de "convoi le plus radioactif de l'histoire".

"Des mesures basées sur des données de l'Agence Nationale pour la gestion des déchets radioactifs montrent clairement que ces onze containeurs contiennent une radioactivité supérieure à celle dégagée lors de l'accident de Tchernobyl en 1986", poursuit le communiqué.

Le porte-parole a par ailleurs récusé l'appellation de "convoi le plus radioactif de l'histoire". "C'est complètement faux. C'est une affirmation parfaitement mensongère."

"Ce transport est tout à fait dans les normes de ce qui s'est fait par le passé, il contient même moins de containeurs que certains transports du passé."

Quant à la comparaison avec Tchernobyl, "on compare des choux avec des carottes", a-t-il ajouté, soulignant que dans les containeurs, "la radioactivité est confinée".

Plusieurs milliers d'opposants allemands au nucléaire ont prévu de manifester du 5 au 8 novembre pour protester contre le transfert de déchets vers Gorleben.

Jean-Baptiste Vey, édité par Jean-Loup Fiévet