BFMTV

Midas s'attaque à la pollution dans nos voitures

Un automobiliste est beaucoup plus exposé aux polluants dans sa voiture que chez lui: Midas propose un pack dépollution habitacle

Un automobiliste est beaucoup plus exposé aux polluants dans sa voiture que chez lui: Midas propose un pack dépollution habitacle - -

En ville, tous les matins, les bouchons s'accumulent et nos poumons sont mis à rude épreuve. Midas dévoile ce mardi une étude confiée à un médecin biologiste qui montre à quel point la pollution dans les voitures est une préoccupation de santé publique. Le leader de l'entretien et des services automobiles en fait son cheval de bataille et propose une solution.

Un automobiliste dans sa voiture est cinq fois plus exposé au benzène et au dioxyde d'azote et trois fois plus exposé aux particules que dans son logement ou dans la rue.

Étant donné qu'il passe en moyenne 78 minutes par jour dans sa voiture, cette exposition n'est pas sans conséquence.

Pour en savoir davantage, Midas a commandé une étude. Entre octobre et décembre 2012, l'air d'une centaine de voitures circulant en ville et sur autoroute a été passé au crible.

Le docteur Squinazi ancien directeur du laboratoire d'hygiène a regardé de près les résultats. Il en ressort une forte concentration de polluants. Les systèmes de ventilation ou de climatisation ne sont pas inoffensifs, ils peuvent transporter ces polluants. Trois grandes familles sont identifiées: les composés organiques volatils comme le benzène; le formaldéhyde qui irrite les yeux et les voies respiratoires ou encore les polluants biologiques autrement dit les moisissures. Ces champignons microscopiques sont très présents dans les voitures.

Pack dépollution habitacle

Les revêtements n'arrangent rien à l'affaire. Contrairement à ce que l'on peut croire, l'usager d'une voiture est bien plus exposé qu'un passant ou un cycliste.

Les allergies respiratoires ont doublé en 20 ans. En France ce sont 18 millions de personnes qui sont allergiques.

Les Français sont désormais plus sensibles à ces questions. Midas a donc décidé de se préoccuper de leur santé. Quand on est présent en France depuis 30 ans avec 324 centres franchisés, difficile de ne pas y voir un marché potentiel. Philippe d'Hartoy, directeur marketing de Midas constate, non sans une pointe d'ironie que la solution serait de limiter le temps passé dans sa voiture, évidemment aérer son véhicule et le nettoyer.

A défaut de solution radicale, Midas propose un "pack dépollution habitacle". Il s'agit de changer le filtre habitacle pour capturer et piéger les particules. En temps normal, ce filtre habitacle permet de filtrer les pollens et autres poussières, certaines voitures sont aussi équipées de filtres à charbon actif pour les polluants mais c'est encore rare.

Solution unique en France

Dans ce pack également, un système de purification innovant. Le purificateur capte l'air, les micro-organismes sont décomposés par réaction électrique puis l'air pur est redistribué. L'effet peut durer 4 mois selon Airlife qui a conçu cette machine.

Choisir de se déplacer dans un environnement plus pur a un coût, de 49 euros à 89 euros selon que le pack est inclus dans une révision classique ou pris individuellement. Et Midas conseille de purifier tous les six mois et de changer le filtre une fois par an.

Nicolas Maquis Sebie, directeur général de Midas ne cache pas qu'il faut faire un peu de pédagogie auprès des clients mais aussi des employés des centres. Certains sont même sceptiques car, après le passage du purificateur, l'intérieur de la voiture est sans odeur. C'est assez inhabituel pour perturber notre quotidien.

Midas affirme ne pas avoir encore de visibilité sur le marché. Un pack chaque jour dans un centre serait déjà une bonne moyenne. Le système est pour le moment unique en France et Midas en a l'exclusivité jusqu'à la fin de l'année. Le leader de l'entretien et des services automobiles se veut depuis quelques années une alternative aux constructeurs en prenant en charge la révision des voitures. Il pourrait bien donner des idées à d'autres.

Nathalie Croisé de BFM Business