BFMTV

"Marée rouge" au large du Chili, les pêcheurs appellent à l'aide

Des milliers de palourdes échouées sur les côtes de l'île de Chiloé, environ 1.000 km au sud de Santiago, au Chili, le 1er mai 2016.

Des milliers de palourdes échouées sur les côtes de l'île de Chiloé, environ 1.000 km au sud de Santiago, au Chili, le 1er mai 2016. - Alvaro Vidal - AFP

Les pêcheurs de l'île chilienne de Chiloé, privés de travail par la présence d'une "marée rouge", prolifération d'algues toxiques sans doute liée au réchauffement de l'océan, manifestaient mercredi pour réclamer l'aide de l'Etat. Près d'un millier de pêcheurs artisanaux et leurs familles bloquaient avec des pneus enflammés les routes d'accès aux points d'embarquement vers et depuis Chiloé, à environ 1.000 kilomètres au sud de Santiago.

La semaine dernière, des dizaines de milliers de machas, coquillage typique du Chili, avaient été retrouvés échoués près de cette île, poussant les autorités à interdire l'extraction de fruits de mer dans la région. Ces décès massifs seraient dus une "marée rouge", multiplication d'algues toxiques sans doute liée au réchauffement de l'eau sous l'effet du phénomène climatique El Niño.

En compensation, le gouvernement a offert à 500 familles de pêcheurs affectés un bon de 100.000 pesos (150 dollars) chacun, une somme jugée insuffisante par les intéressés.

"C'est une plaisanterie, un manque de respect à notre égard", a déclaré aux médias locaux Zoila Bustamante, dirigeant de la Confédération nationale des pêcheurs artisanaux, qui réclame une aide de près de 600 dollars chacun.

La présidente socialiste Michelle Bachelet a promis de faire de nouvelles propositions, mais a prévenu que l'économie chilienne est actuellement en plein ralentissement.
V.R. avec AFP