BFMTV

Lyon: la Métropole va installer "plus de poubelles" sur les berges du Rhône

Des déchets le long des berges du Rhône.

Des déchets le long des berges du Rhône. - BFM Lyon

Le week-end dernier, plus de six tonnes de déchets ont été ramassés par les agents de la Métropole sur les berges du Rhône.

Les images avaient provoqué l'indignation de nombreux internautes. Ce week-end, de nombreuses photos des quais du Rhône recouverts de déchets en tout genre - cartons, bouteilles vides, emballages plastiques - ont circulé sur les réseaux sociaux. En cause: le regroupement de nombreux Lyonnais venus pique-niquer ou prendre l'apéritif pendant la soirée. 

"Habituellement, 4 tonnes de déchets en moyenne sont ramassés à l’issue de chaque week-end", explique la Métropole dans un communiqué, mais "ce week-end de Pentecôte a été marqué par un ramassage record de 6 tonnes de déchets".

En tout, "pas moins de 1000 sacs de déchets ont été récupérés par les agents", indique la collectivité qui assure avoir installé, par anticipation de l'afflux massif, des sacs "au pied des corbeilles existantes pour pouvoir récupérer davantage de déchets". 

De poubelles supplémentaires

Pour éviter de connaître à nouveau cette pollution, la Métropole va "mettre plus de poubelles, plus de containers", a promis David Kimelfeld, invité de BFM Lyon ce mercredi matin. Huit bacs de 660 litres chacun seront ainsi installés à proximité des gradins. 

En outre, le dispositif va être renforcé dans les parcs de Parilly et de Lacroix-Laval, où de nombreux déchets ont aussi été retrouvés. "Une expérimentation de mise en place de containers de 660 litres sur les parkings principaux des deux parcs sera menée", tandis que des bridages de sensibilisation vont être déployées sur l'ensemble des lieux touchés et les contrôles renforcés. 

"Ce qui va aussi sans doute minimiser les choses, c'est que les bars et les restaurants rouvrent", a également espéré le président de la Métropole.

S'il admet un manque de civisme - "on n'aurait pas idée de faire ça en pleine nature, de laisser ses déchets", dit-il - David Kimelfeld parle toutefois d'une "situation extrêmement particulière: il faut rappeler le civisme et en même temps que la collectivité, dans ce contexte très particulier du déconfinement, réponde à ça".

Benjamin Rieth