BFMTV

Les Parisiens boudent le vélo

Seuls 4% des Parisiens vont au travail à vélo.

Seuls 4% des Parisiens vont au travail à vélo. - Patrick Kovarik - AFP

D’après des chiffres de l’Insee, à Paris seuls 4% des actifs utilisent le vélo pour se rendre à leur travail, une proportion plus faible que dans d'autres grandes villes.

Anne Hidalgo veut faire de 2017 l'année du vélo avec la poursuite du plan Réseau express vélo. Mais en attendant, la bicyclette n'est pas encore le transport préféré des Parisiens. D'après les chiffres de 2015 publiés par l'Insee mardi, les Parisiens sont seulement 4% à prendre le vélo pour se rendre à leur travail.

Sur la région, les Franciliens sont encore moins nombreux avec 2% d'entre eux qui se circulent à vélo pour aller au travail. Ce pourcentage tombe même à 1% dans des villes de la petite couronne comme Saint-Denis et Argenteuil. En comparaison, à Strasbourg 16% des actifs occupés prennent le vélo et près de 12% à Bordeaux.

"Des politiques déjà anciennes sont menées dans ces agglomérations, explique sur BFM Paris Mathieu Flonneau, historien spécialiste de la mobilité. Je pense à Strasbourg qui est la plus grande ville cyclable de France avec une culture peut-être plus germanique et une culture pour Bordeaux où il est plus agréable de faire du vélo au soleil." 

Le vélo pour les petits trajets

A Paris, qui se classe 18e parmi les 41 villes de plus de 100.000 habitants pour l'utilisation du vélo, les hommes de plus de 40 ans, diplômés du supérieur, sont les plus nombreux à enfourcher leur bicyclettes. Mais dans leur très large majorité, les Franciliens préfèrent les transports en commun ou la voiture. "La densité du réseau de transports en commun de la capitale et la fréquence élevée des métros favorisent ce mode de déplacement rapide et adapté à tout type de distance", précise l'Insee.

En effet, ceux qui choisissent de pédaler habitent pour 80% d'entre eux à proximité de leur lieu de travail. Les trois quarts des actifs parisiens à vélo parcourent moins de 4 kilomètres. Mais ces chiffres ne sont pas sans évoluer dans les années à venir.

"Il est indiscutable que la transition énergétique, les questions de pollution, les questions qui touchent aussi à l'équilibre sociologique des populations incitent plus ou moins à prendre le vélo", analyse Mathieu Flonneau.

Donner plus de place au vélo

L'Insee ajoute que le développement de l'usage du vélo en Ile-de-France est devenu un enjeu dont se sont saisis les autorités. En juillet dernier, la région Ile-de-France a lancé l'élaboration de son plan vélo avec pour objectif notamment d'améliorer la desserte des gares, de développer l'offre de stationnement ou encore de résorber les grandes coupures sur les liaisons cyclables.

A Paris, la ville s'est fixée pour objectif de devenir la capitale mondiale du vélo en 2020 avec un investissement de 150 millions d'euros pour doubler la longueur des voies cyclables. Parmi les projets emblématiques, Anne Hidalgo a annoncé la création dès cette année d'une piste cyclable bidirectionnelle rue de Rivoli. Lors de ses voeux, la maire de Paris a également souhaité la création d'une piste cyclable sur les Champs-Elysées.

Carole Blanchard