BFM Business
Transports

Une "autoroute à vélos" traversera bientôt Paris

La pratique du vélo à Paris sera bientôt plus sécurisée grâce aux futures autoroutes.

La pratique du vélo à Paris sera bientôt plus sécurisée grâce aux futures autoroutes. - Jean-François Gornet - Flickr CC

Le premier tronçon du Réseau express vélo parisien, près de Bastille, a été ouvert au public cette semaine. C'est la première partie des 45 kilomètres de pistes cyclables sécurisées dont la capitale sera dotée avant 2020.

On connaissait les simples pistes cyclables, il faudra bientôt s'habituer aux "autoroutes à vélos". Bien séparées des voitures et des bus, bidirectionnelles et plus larges (deux fois 2 mètres contre 1,5 mètre pour les pistes ordinaires), ces voies doivent permettre de garantir la sécurité des cyclistes et surtout d'encourager la pratique du vélo dans une capitale engorgée par les voitures. Le dispositif porte le joli nom de REVe, pour Réseau express vélo.

Pratique et sécurisant

Un premier tronçon de moins d'un kilomètre est ouvert à la circulation depuis cette semaine, sur le boulevard Bourdon et une partie du quai de la rive gauche (IVème arrondissement), signale Le Parisien. Déjà bien fréquenté, il est plébiscité par ses premiers usagers qui le trouvent "pratique" et "sécurisant".

Ce tronçon test est le premier du réseau, qui comptera à terme 45 kilomètres de voies, sur plusieurs axes nord-sud et est-ouest, ainsi que le long des berges de Seine. À ces autoroutes s'ajouteront les voies touristiques traversant les bois de Boulogne et de Vincennes. Le réseau secondaire cyclable sera également porté à 1.400 kilomètres en 2020, contre 700 aujourd'hui.

Le Plan vélo parisien prévoit 45 kilomètres d'"autoroutes à vélos" d'ici 2020.
Le Plan vélo parisien prévoit 45 kilomètres d'"autoroutes à vélos" d'ici 2020. © Carte Mairie de Paris

150 millions d'euros pour les vélos parisiens

Le REVe s'inscrit plus largement dans un "Plan vélo 2020", voté par le Conseil de Paris en avril 2015 et doté d'un investissement de 150 millions d'euros. Il doit également promouvoir l'usage du Vélib' et installer 10.000 nouvelles places de stationnement pour les bicyclettes.

D'autres aménagements sont déjà entrés en vigueur dans la capitale, notamment la généralisation du "tourner à droite" aux feux rouges pour les cyclistes. Une expérimentation a même été lancée cette semaine dans le Xème arrondissement pour leur permettre de tourner à gauche si toutes les conditions le permettent.

Le double objectif de ce projet, qui prend pour modèle les réseaux déjà en place dans d'autres pays européens, est à la fois d'assurer la sécurité des cyclistes et d'encourager l'usage du vélo.

"Si on veut que le vélo cesse d’être un mode de déplacement marginal, il faut réaliser des aménagements cyclables de qualité… et continuer à mieux partager l’espace public", plaide Christophe Najdovski, adjoint (EELV) à la maire de Paris chargé des déplacements au Parisien.

La Mairie de Paris espère ainsi faire passer de 5 à 15% la part du vélo dans le trafic global de la ville.

Hélène Millard