BFMTV

Les mégots de cigarettes polluent encore plus les océans que les pailles ou les sacs plastiques

Plage jonchée de déchets. (illustration)

Plage jonchée de déchets. (illustration) - rey perezoso / Flickr CC

Existe-t-il un continent de mégots à côté de celui des plastiques? Il est potentiellement encore plus vaste. Une urgence dont les autorités françaises affirment avoir pris la mesure.

La palme de la pollution des mers et océans ne revient ni aux sacs plastiques ni aux pailles faites de la même matière, mais aux filtres de cigarettes. Quelque 5.500 milliards de cigarettes sont produites chaque année, dont 4.950 milliards sont équipées de filtres. Et d'après le Cigarette Butt Pollution Poject, qui veut réduire leur impact sur l'environnement, ces produits manufacturés en masse contiennent du plastique, de l'acétate de cellulose et tous les composés issus de la combustion du papier à cigarette et du tabac. Détail important s'il en est, les filtres ne sont pas biodégradables. Ils prennent des décennies à se décomposer.

Des scientifiques interrogés par NBC News ont trouvé des traces de ces substances chimiques chez 70% des oiseaux de mer et 30% des tortues marines examinés. "De plus amples recherches sont nécessaires pour savoir ce qu'il advient de tout cela", explique Nick Mallos directeur de la campagne Trash Free Seas (Mers sans déchets, en français). "La question est de savoir quel impact ces microplastiques et autres déchets ont sur la santé humaine", fait-il valoir. 

60 millions de mégots ramassés, une goutte d'eau

L'ONG Ocean Conservancy qui oeuvre à la sauvegarde des écosystèmes marins organise depuis 1986 des campagnes annuelles de nettoyage des plages. En 32 ans, plus de 60 millions de mégots ont été ramassés, soit un tiers des ordures ainsi collectées au milieu des emballages plastiques, des bouchons de bouteilles, et ustensiles de cuisines...

Ces déchets se retrouvent ensuite dans la mer ou dans l'océan sous leur forme originelle mais aussi décomposés en microplastiques ingérés par la faune. La plupart se disséminent non pas directement jetés par les gens fréquentant les plages, mais à travers les égouts. 

Du côté des français, le dossier est suivi par la secrétaire d'Etat Brune Poirson, en charge des problématiques liées à la mer, à la biodiversité et aux océans. Le but est, comme indiqué sur le site du ministère, de "responsabiliser les acteurs de la filière du tabac vis-à-vis de la pollution générée par les mégots de cigarettes". Les autorités françaises estiment à "30 milliards le nombre de mégots jetés en France chaque année, dont 40% le seraient dans la nature." "Un mégot contamine plusieurs centaines de litres d'eau" est-il encore déploré.

Brune Poirson doit revoir en septembre les acteurs du secteur et attend des "propositions claires d'engagements volontaires". A défaut un dispositif de type pollueur-payeur, soit une "responsabilité élargie des producteurs", sera mis en place, prévenait en juin la secrétaire d'Etat.

D. N.