BFMTV

Les décharges sauvages polluent le sud-est de la France

décharge sauvage à Saint-Maximin

décharge sauvage à Saint-Maximin - -

Avec plus de quatre millions de tonnes de déchets produits chaque année par les départements du Var et des Alpes-Maritimes, l'arrière-pays méditerranéen ressemble parfois à une décharge à ciel ouvert...

Depuis cinq ans, l’association Environnement Méditerranée lutte contre la prolifération des décharges sauvages dans le Var et les Alpes-Maritimes. En mars 2012, l’association en recensait 37 dans le seul département du 83. Seules quatre décharges sont légales dans ce département et des entreprises préfèrent acheminer leurs gravats et leurs déchets en tout genre dans des décharges quatre fois moins chers, illégales, et la plupart du temps situées sur des domaines privés, difficiles à controler.

Interrogé par BFMTV, Robert Durand de l’association Environnement Méditerrannée, déclare qu’il est important, de créer des centres de stockage, de recyclage et de concassage de manière à améliorer ce type de décharge et à préserver leur durée de vie.

Une situation qui perdure

Les services de l’Etat estime qu’il faudra plusieurs années avant de voir la situation s'améliorer. David Barjon, directeur adjoint DDTM Alpes-Maritimes avertit qu’il "est de l’intérêt de tous les acteurs de régler ces questions de stockage illégal parce que ça porte préjudice à tous".

Un constat qui en appelle un autre. Les pouvoirs publics ont aussi profité de ces décharges illégales. Un documentaire nommé BTP, le scandale des décharges illégales de Jennifer Deschamps avait mis en évidence les déchargements illégaux d’un des chantiers publics phares du département. Le deuxième tunnel de Toulon. Des dizaines de milliers de tonnes de gravats avaient ainsi trouvé refuge sur la propriété du maire de Belgentier et vice-président UMP du conseil général, Bruno Aycard!

Catastrophe écologique

Outre la détérioration des paysages, l’enfouissement illégal de ces déchets peut aussi contaminer les sols et les nappes phréatiques. L'association Environnement Méditerannée a déclaré avoir trouvé des métaux lourds comme du mercure dans ces décharges. Le ministère de l’Ecologie avait annoncé en février dernier, sous le gouvernement Fillon, la fermeture de toutes les décharges illégales. Un vœu resté pieux.