BFMTV

Le classement des pires lignes de métro et de RER à Paris

Ce genre de scène n'est pas rare sur les quais de métro et de RER franciliens.

Ce genre de scène n'est pas rare sur les quais de métro et de RER franciliens. - Pierre Verdy – AFP

Les RER A et B sont les lignes les plus perturbées d'Île-de-France. A Paris, le métro 6 fonctionne mal aux heures de pointe. Découvrez le palmarès des lignes noires de la RATP et de la SNCF en infographie.

Les perturbations sur les lignes de métro et de RER sont le lot quotidien des millions de voyageurs de la RATP et de la SNCF. L’application CityMapper enregistre les perturbations sur chaque ligne à partir des données en temps réel de la RATP et vient de publier son premier palmarès, repris par Le Parisien

L'application a établi un classement des lignes franciliennes les plus perturbées. De nombreux axes ne remplissent pas l’objectif annuel de qualité défini par le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF). Ce non-respect entraîne des malus pour les transporteurs, qui sont à l'inverse récompensés par un bonus en cas d’atteinte des objectifs. Dans le contrat 2016-2020, le montant maximal de l’incitation financière est fixé à 6.300.000 euros par an pour la SNCF et 350.000 euros par an pour la RATP, hors tronçons centraux (RER A et RER B).

Concernant les lignes de métro, l’indicateur retenu par le STIF est le nombre de véhicules en circulation aux heures de pointe par rapport à la commande initiale. Pour obtenir son bonus, la RATP doit faire fonctionner 96,5% des métros prévus par cette dernière. La ligne 6 est la plus mauvaise élève: seuls 92,3% des véhicules commandés transportent des voyageurs aux heures de pointe. Les lignes 7 et 13 ne correspondent pas non plus aux exigences de qualité de l'organisme des transports franciliens.

La valeur la plus haute est la meilleure.

-
- © -

Une seule ligne de RER propose un service de qualité

Le diagnostic est plus sombre encore pour les RER: la seule ligne qui respecte les normes du STIF est la E, la plus récente. Le syndicat mesure ici la ponctualité. Il considère qu’au-delà de cinq minutes de retard, un train n’est pas à l’heure. Seuls 84,1% des trains du RER A et 85,5% du RER B sont ponctuels, alors que l’objectif attendu est de 94%.

La valeur la plus haute est la meilleure.

-
- © -

L'impact des attentats sur le trafic

L’Observatoire de la mobilité en Île-de-France (Onmil) indique que les attentats du 13 novembre ont particulièrement impacté l’exploitation des lignes ferroviaires. La cause "colis supect" a connu une forte augmentation ces derniers mois, cependant l’organisme ne donne pas de chiffres sur les motifs de retard.

CityMapper proposer une alternative aux indicateurs officiels. Il prend en compte la durée des perturbations, tandis que la STIF comptabilise tous les retards de la même manière, tant qu'ils dépassent cinq minutes. S’il y a cinq ou trente minutes, la gêne occasionnée n'a pas la même gravité.

La valeur la plus basse est la meilleure.

-
- © -

Les RER A et B, les lignes les plus en retard, cumulent plus d’une trentaine de perturbations durant le mois d’octobre. Leurs trafics respectifs prennent en moyenne plus de deux heures pour revenir à la normale. Au contraire, les lignes de métro 1 et 14, qui dépassent le plafond exigé par le syndicat, comptabilisent moins d’une dizaine de perturbations, qui ont pris moins de 30 minutes à être réglées. La 6 souffre particulièrement des perturbations, ses voyageurs ayant connu 21 désagréments ce mois-ci, qui ont duré en moyenne 2h16. Pour arriver à l'heure, certains préfèrent prévoir un ou deux trains d'avance. 

Emeline Gaube