BFMTV
Environnement

Le Candide: un HLM étonnant

Le Candide à Vitry Sur Seine

Le Candide à Vitry Sur Seine - -

C'est la semaine du développement durable jusqu'au 7 avril précisément. Le thème: la transition énergétique. Il coule de source alors que le débat suit son cours. Le gouvernement mise sur la rénovation thermique. François Hollande a annoncé récemment 20 mesures d'urgence. En matière de logement neuf, le BBC est désormais la norme pour les offices HLM. Avec parfois des projets très étonnants en banlieue parisienne comme le Candide à Vitry-sur Seine...

Bruno Rollet l'architecte avait des envies de nature. Oubliées les barres d'immeuble des années 70. Remettre de la verdure au cœur de la cité pour qu'elle redevient un quartier.

C'est ainsi qu'est né le projet Candide. 29 logements sociaux comme des maisons superposées. Une enveloppe simple mais efficace. De la brique, du bois et des balcons habillés de tressage d'osier. "C’est un bâtiment arbre qui nous rappelle que, malgré un environnement très urbain, fermé sur lui-même, la nature n’est pas loin", explique Bruno Rollet. On la retrouve même sur le toit. Un jardin potager que les habitants peuvent arroser grâce à l'eau récupérée dans le sous-sol par le mouvement d'une éolienne et stockée dans une cuve. Des serres. Des figuiers, arbres de la ville de Vitry-sur-Seine. Le tout en espace partagé pour donner de la convivialité. Les couloirs laissent passer la lumière extérieure.

Chauffer avec l'eau de la douche

L'ensemble est reposant pour l’œil et apaisant. Jusqu'aux capteurs photovoltaïques qui rendent la nuit un peu de la lumière du jour. Un clin d’œil dont Bruno Rollet est très fier. Lauréat du concours bas carbone EDF 2010, cet architecte mise sur les nouvelles énergies.

Et sur des procédés innovants comme ce système de ventilation naturelle assistée qui permet de renouveler l'air. En toiture, un extracteur stato-mécanique qui permet d'améliorer le débit de l'installation. Le chauffage est assuré par le réseau urbain mais c'est au niveau de l'eau chaude sanitaire que le bâtiment innove. Grâce à l'ERS mis au point par Biofluides Environnement lauréat du Green Business Awards de l'innovation en 2011. L'entreprise fait son chemin et gagne du terrain. Sa force: ne pas prendre l'eau en sortie d'égout mais intégrer directement le système au bâtiment.

En sous-sol, la machine récupère les eaux grises, autrement dit celles qui sortent de la douche ou du lavabo. Elles passent, ne sont pas stockées et finissent dans la pompe à chaleur. Pour les habitants c'est un gain économique considérable. Les deux tiers de l'eau chaude sanitaire sont ainsi fournis par cette solution.

Changer le visage de la ville

Pour Bruno Rollet qui a conçu ce bâtiment BBC, les normes changent le métier d'architecte mais pas seulement. Il compte bien s'appliquer aussi en aval dans la gestion du bâtiment. Cinq millions d'euros ont été investis dans le Candide mais la réflexion est engagée en terme de coût global. Ce sont ses habitants qui vont permettre d'optimiser la réalisation. Pour rejeter moins de 5 kg de CO2 par mètre carré par an, il faut aussi être vigilant. Un écran sera donc bien installé dans le hall de l'immeuble pour permettre aux locataires de suivre la consommation en temps réel. Et de découvrir la méthode car cet immeuble vit aussi au rythme de la nature.

Ce laboratoire innovant qu'est le Candide change le visage d'un quartier dit difficile. Pouvoir vivre dans un cadre de qualité. Et Bruno Rollet de dire: "Est ce que l'on ne peut pas donner au logement social ce que des co-propriétaires arrivent à s'offrir? Cette idée de pouvoir donner plus aux personnes aux revenus les plus modestes". Pour au final un coût social moindre. C'est aussi cela la ville durable dont on parle tant.

Nathalie Croisé de BFM Business