BFMTV

Friche Saint-Sauveur: le projet lillois qui pourrait cristalliser les tensions entre Aubry et les Verts

Invitée de France Bleu Nord, Martine Aubry a défendu ce mardi la création d'un nouveau quartier et d'une piscine olympique sur cette friche de 25 hectares. Un projet qui ne plaît pas aux écologistes.

À peine réélue pour un quatrième mandat, Martine Aubry doit déjà reprendre en main plusieurs dossiers chauds. Parmi eux, celui de la friche Saint-Sauveur, cet espace de près de 25 hectares situé en plein cœur de ville et laissé à l'abandon depuis 2003, qui a fait l'objet de nombreuses propositions durant la campagne des municipales.

Là où l'écologiste Stéphane Baly souhaitait simplement favoriser la création d'un grand parc, d'un "poumon vert" au coeur de la capitale des Flandres, la maire socialiste préfère y voir un tout nouveau quartier avec 2500 futurs logements, des commerces ainsi qu'une piscine olympique. Alors que des militants envisagent d'ores et déjà d'y implanter une ZAD - zone à défendre - si le projet est maintenu, Martine Aubry a défendu ce mardi sur France Bleu Nord la portée "écologiste" de ses ambitions d'aménagement pour la friche Saint-Sauveur.

"C'est un quartier où il y aura 30% de construit et 70% de non-construit, a-t-elle assuré, un pac de 8,5 hectares auxquels s'ajoutent les 2,5 hectares que j'ai acquis à la SNCF à l'arrière. Il y aura 50% de logements soutenables."

Vers la création d'une "piscine bas carbone"

Concernant le projet de construction d'une piscine olympique sur le belvédère de la friche, vu par certains comme une aberration écologique, Martine Aubry s'est défendu, expliquant qu'il s'agirait d'une "piscine bas carbone" et que la ville "en a besoin". "Je veux revégétaliser cettte friche, je ne la bétonne pas", a-t-elle également déclaré à France Bleu Nord.

Le projet reste cependant contesté par des associations écologistes ainsi que par son désormais opposant municipal Stéphane Baly. Reste à savoir si, au regard du résultat extrêmement serré de dimanche soir - Martine Aubry n'a conservé le Beffroi qu'avec 227 voix d'avance - la maire de Lille fera certaines concessions allant dans le sens des écologistes sur le sujet de la friche Saint-Sauveur. Martine Aubry bénéficie néanmoins d'une confortable majorité au conseil municipal.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions