BFMTV

Fermeture des voies sur berge et pollution: impact positif sur les quais piétonnisés

La mairie de Paris veut faire des voies sur berge un parc urbain végétalisé.

La mairie de Paris veut faire des voies sur berge un parc urbain végétalisé. - Ville de Paris

Airparif a dévoilé des premiers résultats partiels sur l'impact de la fermeture des voies sur berge sur la pollution. Des chiffres qui ne soulignent pas d'aggravation de la pollution directement à cause de la fermeture des voies sur berge et qui mettent en avant une meilleure qualité de l'air sur les quais piétonnisés.

Les résultats doivent encore être complétés mais à mi-parcours, la fermeture des voies sur berge n'aurait pas eu d'impact négatif sur la qualité de l'air. C'est ce que souligne Airparif dans un rapport publié ce lundi en s'appuyant sur des relevés mensuels et sur une étude menée entre le 15 novembre et le 13 décembre dernier. Grâce à des relevés effectués dans 80 points de mesures, dont un point tous les 300 mètres le long des voies sur berge, Airparif estime que les niveaux mensuels effectués "ne montrent aucune tendance claire imputable à la fermeture des voies sur berge". 

Airparif indique également qu'en septembre, les niveaux de pollution au dioxyde d'azote ont été comparables à 2014. En octobre, ces taux ont par ailleurs été inférieurs à 2014 et 2015. Le mois de novembre enregistre aussi des taux inférieurs à 2014 mais supérieurs à 2015. Quant au mois de décembre, Airparif rappelle que la région a connu l'épisode de pollution le plus marqué de ces dix derniers hivers sans toutefois le lier à la fermeture des voies sur berge. 

Moins de pollution sur les quais bas

L'étude relève par ailleurs une meilleure qualité de l'air au niveau des quais bas piétonnisés voie Georges Pompidou, par rapport aux quais hauts. "Sur les quais bas, les cyclistes et les piétons sont exposés à des niveaux de dioxyde d'azote 25% moins importants, que sur le trottoir côté Seine des quais hauts. Ces différences s'expliquent essentiellement par rapport à la distance du trafic routier", détaille Airparif. L'organisme précise bien que ces résultats obtenus "ont vocation à être confortés et complétés".

Depuis la fermeture des voies sur berge à la circulation en septembre dernier, la municipalité essuie les critiques. Des élus de communes voisines ont dénoncé pour leurs habitants une augmentation du temps de parcours et déposé un recours devant le tribunal administratif de Paris. Des commerçants et des riverains ont également mis en cause une augmentation de la pollution de l'air mais aussi de la pollution sonore là où la circulation s'est reportée. Anne Hidalgo rencontre également l'opposition de Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France. La mairie de Paris a fait part de sa volonté de pérenniser la piétonisation des voies sur berge et compte dès cet été les transformer en parc urbain végétalisé.

C. B