BFMTV

Intempéries: un hameau de l'Isère dévasté par une coulée de boue

La boue a atteint jusqu'à deux mètres de hauteur, dévastant le hameau de La Chalp, à Chantelouve, dans l'Isère samedi.

La boue a atteint jusqu'à deux mètres de hauteur, dévastant le hameau de La Chalp, à Chantelouve, dans l'Isère samedi. - -

Trente personnes étaient présentes dans le petit village lorsqu'un violent orage a éclaté et fait sortir de son lit une rivière située en amont des habitations. La boue gorgée de gravats a atteint jusqu'à deux mètres de hauteur.

Le hameau d'un village d'une centaine d'habitants situé dans le massif de l'Oisans, en Isère, a été entièrement sinistré samedi par plusieurs coulées de boue successives provoquées par un violent orage, a-t-on appris dimanche auprès des gendarmes.

Samedi, peu avant 1h du matin, des torrents de boue gorgée de gravats se sont déversés dans les rues et les habitations du hameau de La Chalp, à Chantelouve, commune située à quelque quatre-vingt kilomètres au sud de Grenoble.

Trente personnes étaient présentes dans le petit village lorsqu'un violent orage a éclaté et fait sortir de son lit une rivière située en amont des habitations. Aucun des résidents du hameau n'a été blessé. Au total, cinq familles ont dû être relogées.

"Je n'avais jamais vu une telle force"

"Je suis né ici et habitué à ce genre d'innondations, ce n'est pas la première fois que cela arrive. Mais jamais je n'avais vu une coulée d'une telle force. C'était très impressionnant. Et aujourd'hui, c'est la désolation", a témoigné dimanche Roland Siaud, 80 ans, habitant de La Chalp.

Quinze maisons, pour la plupart des résidences secondaires, ont été endommagées partiellement ou entièrement. Dans certaines d'entre elles, la boue a atteint jusqu'à deux mètres de hauteur. Dans trois habitations, les pompiers ont même constaté la présence de gravats jusqu'au plafond, rendant ainsi les lieux désormais inhabitables.

"La coulée a été déclenchée par un cumul de gravats de névé, une zone d'accumulation de neige n'ayant pas fondu, qui s'est déversé dans un ruisseau situé en amont du village et l'a fait sortir de son lit", a indiqué Bertrand Host, chef d'escadron de la compagnie de gendarmerie de La Mure (Isère), confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Secteur interdit

Le phénomène a ensuite perduré une partie de la journée de samedi dans une moindre mesure, tandis que les pompiers s'activaient pour déblayer la zone sinistrée. Les travaux de déblaiement se poursuivaient dimanche. "Il a été également nécessaire de reconstituer le lit de la rivière car de nouvelles intempéries sont annoncées", a ajouté Bertrand Host. 

Une expertise a été réalisée samedi sur la face de la montagne à flanc de laquelle est situé le village. Le secteur a été sécurisé et interdit par arrêté municipal.

"Moi, je suis privilégié. Mais ce n'est pas le cas d'autres personnes ici. La maison du maire par exemple, tout juste rénovée, est fichue. L'eau est montée jusqu'au plafond. Si sa chambre avait été au rez-de-chaussée, il y serait passé", a conclu Roland Siaud.

C. P. avec AFP