BFMTV

Inondations à Paris: pourquoi regarder le Zouave ne sert à rien

Le Zouave, au niveau du pont de l'Alma, à Paris.

Le Zouave, au niveau du pont de l'Alma, à Paris. - BERTRAND GUAY / AFP

A chaque montée des eaux à Paris, les regards se posent sur le célèbre repère du pont de l'Alma. Mais les comparaisons avec le Zouave de 1910 sont faussées, puisque la statue a été déplacée en 1970.

Le Zouave est trempé jusqu'à la ceinture. Et l'eau continue de monter à Paris. Un signe que Paris risque de revivre une crue centenale comme celle de 1910, qui a marqué l'histoire? Pas tout à fait. D'une part parce que les prévisions ne vont pas jusque là et d'autre part parce que le Zouave, que de nombreux observateurs scrutent avec attention, n'est pas un bon indicateur. 

De fait, il ne sert à rien de comparer la hauteur de la Seine entre aujourd’hui et 1910 en se servant de cette célèbre statue du Pont de l’Alma. Depuis, le Zouave a été déplacé. Il a été relevé lors des travaux du pont en 1970 et on ne sait pas vraiment de quelle hauteur par rapport à celle du début du siècle. 

Alors qu'en 1910 l'eau était monté à 8,68 mètres, la statue avait de l'eau jusqu'aux épaules. Ce vendredi, à 11h30, le relevé affichait 5,65 mètres à Paris. Mais pour comparer les différents épisodes de crues, il est préférable de s’en tenir aux mesures de Vigicrues.

Mais que représente ce Zouave ?

Si le repère n'est pas scientifiquement valable, il n'en reste pas moins un symbole. Mais qui est ce Zouave dont nous parlons ces derniers jours? Cette statue représente les troupes ayant participé à la guerre de Crimée au milieu du XIXe siècle. Et plus précisément André-Louis Gody, un soldat originaire du nord de la France.

Un "zouave" est un membre des unités françaises d’infanterie légère appartenant à l'Armée d'Afrique, créées à l'occasion de la conquête de l'Algérie. La statue a été installée sur le pont à l'occasion de l'exposition universelle de 1855, alors que la guerre de Crimée n'est pas encore terminée. Au départ, et pendant des décennies, il y avait quatre zouaves sur le pont. Depuis 1970, seul reste André-Louis Gody, qui non seulement a été relevé...mais qui a aussi changé de côté du pont.

I.V.