BFMTV

Brésil: la forêt amazonienne a perdu près de 6.000 km2 en un an

Une exploitation illégale de bois dans la forêt amazonienne au Brésil.

Une exploitation illégale de bois dans la forêt amazonienne au Brésil. - Raphaël Alves-AFP

Le Brésil a perdu en un an 5.831 kilomètres carrés de forêt amazonienne (+16%). Le poumon de la planète continue de disparaître à petit feu. Mais pour Plinio Sist, directeur de recherche à la Cirad, si les conséquences de la destruction de l'Amazonie restent dramatiques, ce chiffre aurait pu être bien pire, explique-t-il pour BFMTV.

Le poumon de la planète continue de s'essouffler. La destruction de la forêt amazonienne au Brésil a augmenté de 16% en un an. Le ministère brésilien de l'Environnement a publié jeudi des données satellitaires. De juillet 2014 à juillet 2015, quelque 5.831 kilomètres carrés de jungle ont été perdus.

Si les coupes d'arbres illégales, les exploitations minières clandestines, les plantations illicites de coca, l'élevage et les grands propriétaires terriens sont évoqués pour expliquer ce chiffre, d'autres facteurs entrent en compte. "Certains petits agriculteurs n'ont pas d’autres alternatives que la déforestation pour cultiver ou faire des pâturages afin d'élever leurs bêtes, explique pour BFMTV Plinio Sist, directeur de recherche à la Cirad, le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement. Tant qu'il n'y aura pas de solution pour ces petits exploitants, le chiffre de la déforestation ne pourra pas baisser."

Emissions de gaz à effet de serre et changement climatique

L'Amazonie, plus grande forêt tropicale au monde, est également un sanctuaire de la biodiversité, avec plus de 16.000 espèces différentes. "C'est l'écosystème le plus diversifié de la planète, remarque le spécialiste. Sur un hectare de forêt, on trouve plus de 200 sortes d'arbres. C'est notre capital vivant qui est en danger."

Mais cette forêt, dont les deux tiers de la superficie totale se trouvent au Brésil, est aussi et surtout un immense piège à carbone. Avec la déforestation, des quantités considérables de ce gaz à effet de serre sont libérées. Officiellement, sa disparition contribue à environ 10 à 15% des émissions totales de gaz à effet de serre. Et, selon la Cirad, ce phénomène participe à la modification des équilibres régionaux et plus globalement, au changement climatique.

Un programme pour replanter des arbres

Si les chiffres de la déforestation restent inquiétants, il faut néanmoins les replacer dans leur contexte. "Le taux de déforestation est en baisse depuis dix ans, ajoute le spécialiste. En 2004, c'étaient 25.000 kilomètres carrés qui s'étaient envolés."

Car le Brésil s'est engagé à réduire sensiblement la déforestation. Depuis le slogan "zéro déforestation" qui est apparu au début des années 2000, un nouveau code forestier a vu le jour, des règles ont été établies pour encadrer l'exploitation des forêts et des zones protégées ont été créées. "Un programme a également été lancé par le gouvernement brésilien pour replanter des arbres et favoriser des pâturages durables sur les quelque 200.000 km2 de terres victimes de la déforestation et laissées à l'abandon", précise Plinio Sist. Un défi pour les années à venir.

Céline Hussonnois Alaya