BFMTV

Une visite virtuelle pour découvrir l'expo Cabu à l'hôtel de ville

Visite virtuelle de l'exposition "Le Rire de Cabu", à l'Hôtel de ville de Paris,

Visite virtuelle de l'exposition "Le Rire de Cabu", à l'Hôtel de ville de Paris, - Ville de Paris

La Ville de Paris, qui consacre actuellement une exposition gratuite à Cabu, propose une visite virtuelle pour la découvrir sans bouger de chez soi.

En attendant le 15 décembre prochain et la réouverture des musées, la ville de Paris propose une visite virtuelle de l'exposition consacrée à Cabu, Le Rire de Cabu. Cette exposition gratuite a ouvert le 9 octobre dernier, trois semaines à peine avant le reconfinement.

Cette visite virtuelle offre des conditions exceptionnelles - pas de visiteurs et les explications du commissaire de l'expo - pour découvrir à travers les trésors qu'il a laissés, le génie de Cabu.

Le visiteur est accueilli dès l'entrée, par le sourire discret de Cabu, debout derrière son bureau. Un désordre assez difficilement descripible y règne. Des piles de papiers, magazines et cahiers recouvrent toutes surfaces planes. Le dessinateur semble avoir quitté les lieux la veille.

Joyeux, coloré et vivant

L'exposition Le Rire de Cabu retrace la carrière du dessinateur de Charlie Hebdo, assassiné lors de l'attaque terrorriste du 7 janvier 2015, à travers 350 dessins prêtés par son épouse, Véronique Cabut.

Visite virtuelle de l'exposition Le Rire de Cabu, à l'Hôtel de ville de Paris.
Visite virtuelle de l'exposition Le Rire de Cabu, à l'Hôtel de ville de Paris. © Ville de Paris

De Dorothée à Charlie Hebdo, l'exposition explore la vie et l'oeuvre de Cabu. Les villes où il a vécu, les personnages emblématiques qu'il a créés - le grand Duduche, le "beauf"...- , les causes qu'il a défendues, le pacifisme, l'écologie et la liberté d'expression. Et son panthéon personnel, peuplé des copains: Bernard Maris, Honoré, Tignous, Charb, Wolinski, morts à ses côtés dans l'attaque contre Charlie Hebdo.

Une vingtaine d'œuvres sont commentées en détail par le commissaire de l'exposition, Jean-François Pitet. C'est joyeux, coloré, vivant.

"À l'heure où la liberté d'expression est remise en cause par l'intolérance, rendre cette exposition accessible à tous représente une nécessité impérieuse pour la Mairie de Paris", souligne le communiqué.
Magali Rangin