BFMTV

Sexe et magouilles: le "footballeur masqué" révèle les dessous du football

La couverture du livre "Je suis un footballeur masqué".

La couverture du livre "Je suis un footballeur masqué". - Hugo Sports

"Je suis le Footballeur masqué" sort ce jeudi en librarie. Derrière ce titre humoristique se cache un récit au vitriol sur le football français. Extraits.

"J'étais comme tout le monde. Un mec ordinaire. Le foot m'a offert une parenthèse. Je suis devenu un mec ordinaire qui fait quelque chose d'extraordinaire." Ainsi débute "Je suis un footballeur masqué", sorti jeudi en librairies aux éditions Hugo Sport. Le récit, écrit anonymement par un footballeur français de renom dépeint sans fard la façade crasse du football, où querelles d'egos et parties de jambes-en-l'air succèdent à vitesse folle aux "magouilles" entre joueurs et entraîneurs.

L'éditeur est formel: l'écrivain, qui a glissé "quelques pièges" dans sa biographie pour brouiller les pistes, a bien foulé les pelouses de Ligue 1. Joueur au PSG mais aussi à l'OM dans les années 90 à 2000, "grand black" d'origine martiniquaise, sélectionné chez les Bleus mais pas forcément chez les A... Le profil d'Edouard Cissé se dessine, selon plusieurs journalistes sportifs.

Entre vannes et révélations

Et le joueur n'épargne rien ni personne dans un langage assez fleuri, taclant "DSK qui aurait pu être footballeur" quand il évoque le sexe omniprésent dans la vie des footballeurs, ou Valbuena qui "s'il n'est pas dans un carré VIP en boîte, soit on ne le voit pas et il se fait piétiner, soit on lui dit: "Eh, mon grand, reviens l'aprèm, y a des spécial ados". Chaque fois que je le croise, j'ai la vision de lui dans son Hummer. Un Playmobil dans un poids lourd".

Il revient également sur les salaires souvent décriés des footballeurs. "Il paraît qu’on ne mérite pas ça. Qu’on est trop payés. Que parfois ça frise l’escroquerie. Mais qui signe le contrat? On oblige le mec à nous filer l’oseille? C’est une négo. On demande, on obtient, ou pas." Pour arrondir les fins de mois, rien ne vaut un arrangement avec son entraîneur, d'ailleurs. "Il y a des magouilles, bien sûr. Des déviances. Il te manque un match pour toucher telle ou telle prime, tu demandes à l’entraîneur de te faire jouer. Il peut te faire entrer à dix minutes de la fin dans un match gagné d’avance. Tu peux même t’entendre avec l’entraîneur et lui reverser une partie de la prime. Beaucoup d’entraîneurs font ça."

Les arrangements se font partout et tout le temps selon lui, comme les extras rajoutés dans les contrats. "Tu peux tout mettre. Tu peux mettre le nombre de voitures. Ronaldinho, par exemple, avait une deuxième voiture pour sa femme. Tu peux tout demander, tu verras bien si c'est recevable ou pas. Les limites, ce n'est pas à toi de les fixer. Tente le coup, au moins. Tu peux tout mettre, même des voyages." La belle vie? Pas tant que ça. "Le matin je me réveillais avec une gueule de bois atroce sans un gramme d'alcool dans le sang. (...) C'était aussi misérable que grisant."

A. G.