BFMTV
Culture

"Sempé, c'était le sourire et la poésie": Elisabeth Borne rend hommage au dessinateur

La Première ministre Elisabeth Borne le 23 mai 2022 à Paris lors de la cérémonie de passation au ministère du Travail.

La Première ministre Elisabeth Borne le 23 mai 2022 à Paris lors de la cérémonie de passation au ministère du Travail. - Emmanuel DUNAND © 2019 AFP

Jean-Jacques Sempé, dessinateur du "Petit Nicolas", est mort ce jeudi à l'âge de 89 ans.

Des figures de la classe politique, dont la Première ministre Elisabeth Borne, ont souhaité rendre hommage à Jean-Jacques Sempé ce jeudi, alors que cette légende française du dessin est morte à l'âge de 89 ans.

"Sempé, c'était le dessin, c'était le texte. C'était le sourire et la poésie. C'était parfois la larme à l'oeil de rire, ce soir, elle est d'émotion", a écrit la cheffe du gouvernement dans un tweet publié dans la soirée, accompagné d'un dessin de l'artiste sur lequel une femme avance à bicyclette, avec la légende "Un peu de la France". Et d'ajouter: "Mes pensées vont à sa famille et à ses proches."

"Avec Sempé s'en va la finesse"

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a lui-aussi rendu hommage à l'artiste à travers un tweet. "Avec le départ de #Sempé, s'en va la finesse, une certaine idée de l'enfance et un goût certain de l’humour noir. Tant de délicatesse qui ne mérite que notre profonde affection et nos éternels remerciements", écrit le ministre, accompagnant son message d'un dessin de tombe réalisé par Sempé lui-même.

"Quelle tristesse, Sempé nous a quittés", a tweeté la maire de Paris Anne Hidalgo de son côté, rappelant qu'"il aimait Paris, sa ville et les Parisiens qu’il dessinait avec bienveillance".

"Son grand talent, son humour, son regard si délicat nous manqueront. Je pense ce soir à sa famille à celles et ceux qu’ils l’ont aimé. Nous lui rendrons hommage", a-t-elle conclu.

"Sempé n’est plus là, mais ses dessins resteront intemporels", a considéré la ministre de la Culture Rima Abdul Malak sur le réseau social.

"Ils m’ont accompagnée à Beyrouth, à Paris, à New York. Avec tendresse, poésie et malice, un humour qui se déplie à l’infini et une liberté absolue, il nous a appris à regarder le monde avec un regard d’enfant", a-t-elle poursuivi.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV