BFMTV

Paris: dans les coulisses des couvertures du New Yorker

Couverture du New Yorker signée Joost Swarte

Couverture du New Yorker signée Joost Swarte - Joost Swarte / The New Yorker

La galerie Martel à Paris expose jusqu'au 17 mars les illustrations du néerlandais Joost Swarte pour le New Yorker. L'occasion d'en apprendre un peu plus sur le fonctionnement du célèbre magazine américain.

Âgé de 70 ans, le néerlandais Joost Swarte publie ce mois-ci New York Book, recueil réunissant l’intégralité des dessins qu’il a réalisé pour la célèbre revue américaine The New Yorker. A l’occasion de cette parution -sa première en langue française depuis 2012, le dessinateur s'expose à la Galerie Martel, dans le Xe arrondissement de Paris.

Joost Swarte fut dans les années 1970 et 1980 à l'avant-garde des milieux artistiques, inventant notamment le terme de "Ligne Claire", qui désigne depuis la technique graphique d'Hergé et de ses disciples. Avant de dessiner les couvertures du New Yorker, Joost Swarte a débuté en France dans les pages de Charlie Mensuel puis de Métal Hurlant.

Depuis, il n’a jamais cessé de publier. Aux Pays-Bas, il a notamment conçu pour les enfants un livre sur l'art abstrait de Mondrian et a illustré un lexique des termes littéraires construits sur le même principe qu'Exercices de Style de Raymond Queneau. Aux Etats-Unis, il est actuellement plongé dans la construction d’un nouveau quartier à Harlem (New York).

Illustration de Joost Swarte pour le New Yorker
Illustration de Joost Swarte pour le New Yorker © Joost Swarte / Dargaud 2017

"Le lecteur choisit le sens qu'il veut donner au dessin"

Le quartier que Joost Swarte imagine à Harlem devrait être beaucoup plus lumineux que celui qui figure en couverture du New Yorker du 20 août 2007 (voir ci-dessus): au milieu de gratte-ciel noirs comme l’ébène, un rayon de soleil inonde de lumière un homme en train de lire.

Détail cocasse: l’homme se protège du soleil à l'aide d'un parasol. Un paradoxe comme Joost Swarte et le New Yorker en aiment. Cependant, pour l'illustrateur, ce dessin n'est "pas nécessairement drôle" - comme tous ceux qu’il a conçu pour la vénérable revue fondée en 1925 d'ailleurs:

"Il y a toujours un côté ironique. Mais, comme les articles que j’illustre sont souvent des essais présentant les différentes facettes d’un problème, je veux que cela soit aussi présent dans mon dessin. Je veux bien montrer des choses, mais pas les définir. Il est important que le dessin ne force pas le lecteur dans une certaine direction, mais l’invite au contraire à réfléchir sur le sujet. C’est à lui de choisir le sens qu’il veut donner au dessin."

Couverture du New Yorker dessinée par Joost Swarte.
Couverture du New Yorker dessinée par Joost Swarte. © Joost Swarte / The New Yorker

"Les dessinateurs sont traités comme des auteurs"

L'un des sujets de prédilection de Joost Swarte est la puissance de l’imaginaire et des livres. Une couverture datant d’août 2015 (voir ci-dessous) met ainsi en scène des personnes partant en vacances dans des livres. Une image étonnante qui témoigne de la liberté dont Joost Swarte bénéficie au New Yorker:

"C’est une revue où les dessinateurs sont toujours traités comme des auteurs. Quand j’ai été invité, je me suis promis de prendre autant de liberté que les autres auteurs avaient eu", explique-t-il, avant de préciser:

"Quand ils me demandent d’illustrer un article, je le lis et je commence à faire des croquis. Souvent, je dessine différentes versions à partir du même thème. C'est ensuite eux qui décident, car ils savent quel point de vue sera idéal pour les Etats-Unis."

Dans New York Book, Joost Swarte a choisi de présenter les différents croquis qu'il effectue avant chaque illustration. Par soucis d'exhaustivité, mais aussi parce que "les gens ignorent souvent qu’un dessin est un processus", assure-t-il. Une chose est sûre: avec le New York Book, le New Yorker et le dessin n'ont plus de secrets.

New York Book, Joost Swarte, Dargaud, 120 pages, 24, 99 euros.

La Galerie Martel est ouverte du mardi au samedi et 14h30 à 19 heures. Adresse: 17 rue Martel, 10e. Entrée libre. Joost Swarte dédicacera ses livres le samedi 27 janvier à partir de 15 heures.

Jérôme Lachasse