BFMTV

Mitterrand défend son "devoir" de silence sur l'affaire Polanski

Frédéric Mitterrand a déclaré dimanche qu'il était de son "devoir" de garder désormais le silence sur l'affaire Polanski, tout en réitérant à mots voilés sa réprobation face aux ennuis judiciaires du cinéaste franco-polonais. /Photo prise le 4 mai 2010/RE

Frédéric Mitterrand a déclaré dimanche qu'il était de son "devoir" de garder désormais le silence sur l'affaire Polanski, tout en réitérant à mots voilés sa réprobation face aux ennuis judiciaires du cinéaste franco-polonais. /Photo prise le 4 mai 2010/RE - -

PARIS - Frédéric Mitterrand déclare qu'il est de son "devoir" de garder désormais le silence sur l'affaire Polanski, tout en réitérant à mots...

PARIS (Reuters) - Frédéric Mitterrand déclare qu'il est de son "devoir" de garder désormais le silence sur l'affaire Polanski, tout en réitérant à mots voilés sa réprobation face aux ennuis judiciaires du cinéaste franco-polonais.

Le ministre de la Culture et de la Communication avait apporté un soutien appuyé à Roman Polanski en septembre dernier, lors de son arrestation en Suisse en vue de son extradition aux Etats-Unis où il est accusé de relations sexuelles avec une adolescente de 13 ans en 1977.

Sa réaction avait suscité des critiques, notamment au sein de la majorité.

"On sait très bien ce que je pense sur cette question, on sait très bien quels sont mes sentiments. Seulement, le ministre de la Culture et de la Communication ne peut pas intervenir à nouveau sur cette situation", a déclaré dimanche Frédéric Mitterrand dans le cadre du Grand Rendez-Vous Europe 1/Le Parisien-Aujourd'hui en France.

"Le fait que l'affaire Polanski, au mois d'octobre, soit devenue par une sorte de rebond incroyable aussi une affaire Frédéric Mitterrand a été tout à fait préjudiciable, non pas à Frédéric Mitterrand, mais à la sérénité et à la justesse dans le jugement porté sur l'affaire Polanski", a-t-il expliqué.

"Donc mon devoir, aujourd'hui, c'est de ne rien dire", a-t-il poursuivi.

"Le silence peut être une parole très forte. Le silence n'interdit pas les sentiments. Le silence n'interdit pas d'avoir une opinion personnelle très forte. Cette opinion vous la connaissez. Silence oui, mais mon silence à moi", a souligné le ministre.

Roman Polanski est actuellement assigné à résidence en Suisse.

Une actrice anglaise, qui joua dans son film "Pirates (1986), l'accuse à son tour d'abus sexuels alors qu'elle avait 16 ans, au début des années 80.

"On se demande si ces accusations ne sont pas plutôt des allégations", a commenté Frédéric Mitterrand.

"Il faut laisser les avocats de Roman Polanski répondre. Je pense qu'ils ont de sérieux arguments à faire valoir à ce sujet", a-t-il ajouté.

Dans une interview publiée dans Le Parisien Dimanche, l'ancien ministre socialiste de la Culture Jack Lang estime que "la Suisse s'honorerait en libérant Roman Polanski".

Sophie Louet