BFMTV

Masques et capacité réduite: le festival de Ramatuelle a ouvert ses portes malgré le coronavirus

Le festival de théâtre a pu maintenir sa 36e édition malgré la pandémie. Capacité réduite, port du masque, prise de température: toutes les mesures sanitaires ont été mises en place pour assurer la sécurité des spectateurs.

Alors que de nombreux festivals ont plié face au nouveau coronavirus, Ramatuelle a décidé de maintenir son édition 2020. La 36e édition de ce festival de théâtre du Var a démarré mardi et se tiendra jusqu'au 10 août. Jarry, l'un des artistes programmés, confie son plaisir de retrouver la scène après des mois de confinement:

La sensation est mêlée d'excitation et de peur", explique-il à BFMTV. "De la peur parce que ça fait quatre mois et demi que je n'ai pas joué ce spectacle, et puis de l'excitation parce qu'on va retouver les gens."

Cette édition un peu spéciale met un point d'honneur à respecter toutes les mesures sanitaires pour éviter la propagation du virus. Le masque est obligatoire pour tous les spectateurs, et aucun d'entre eux ne pénètre dans l'amphithéâtre de plein air avant d'avoir pris sa température. Enfin, le nombre de spectateurs est limité à 700 contre 1200 d'habitude, de quoi garantir le respect des mesures de distanciation.

"Un acte de résistance"

Michel Boujenah, directeur artistique du festival depuis 2007, se réjouit d'avoir réussi à le maintenir malgré la pandémie: "C'est un message pour tout le public mais aussi tous les gens qui travaillent avec le spectacle vivant. Les musiciens, les troupes de théâtre, il ne faut pas qu'on arrête, il ne faut pas qu'on baisse les bras. Je suis fou de joie qu'on ait maintenu le festival".

Il insiste sur le fait que toutes les règles sanitaires sont "évidemment" respectées, et lance un appel au gouvernement: "Il faut que le ministère de la Culture soit solidaire de cette action, c'est très important."

C'est une grande émotion, une grande fierté mais aussi un acte de résistance", explique quant à elle Jacqueline Franjou, présidente du festival. "Parce que tous les gens qui vont venir, techniciens, artistes, c'est la première fois qu'ils vont jouer depuis quatre ou cinq mois."
https://twitter.com/b_pierret Benjamin Pierret Journaliste culture et people BFMTV