BFMTV

Les grottes préhistoriques reproduites à grands frais pour attirer les touristes

Des artistes travaillent sur la réplique de la Grotte de Lascaux.

Des artistes travaillent sur la réplique de la Grotte de Lascaux. - MEHDI FEDOUACH - AFP

L'Ardèche et la Dordogne sont les championnes du tourisme consacré à l'art pariétal. Les fac-similés permettant de préserver les sites d'origines sont un pari sur l'avenir tant les investissements sont importants.

Pour des raisons de préservation des sites originels, l'homme contemporain est contraint à la réalisation de fac-similés, des plus belles réalisations de ses ancêtres préhistoriques. En Ardèche et en Dordogne, rappellent Les Echos, le tourisme représente respectivement 12% et 21% du PIB. Mais cette manne, dont les grottes ornées constituent le joyau, doit être entretenue.

La réplique de la grotte Chauvet-Pont d'Arc a coûté 55 millions d'euros et Lascaux 4 vient d'ouvrir après trois ans de travaux et 66 millions d'euros investis. Lascaux est un cas assez particulier puisque trois répliques ont déjà été réalisées: Lascaux 2, fermée tant le site a été fragilisé, et Lascaux 3, exposition itinérante actuellement au Japon et bientôt en Chine.

Ces trésors d'ingénierie participent au rayonnement culturel de la France, puisque de nombreux touristes étrangers font le voyage vers ces sites, assurant le développement local.

Maintenir les visites pour rentabiliser, mais pas seulement

Lascaux 3 permettait à 250.000 visiteurs de découvrir le trésor de l'art pariétal, rappelle le quotidien économique. Pour la troisième réplique, 400.000 visiteurs sont attendus. A la Caverne Pont d'Arc, la fréquentation a baissé à 450.000 visiteurs par an, contre 600.000 la première année. Une "décroissance attendue" selon Gilles Bres, directeur de l'agence du développement touristique de l'Ardèche.

L’Atelier des fac-similés du Périgord (AFSP), qui a fabriqué Lascaux 4, pourrait exporter son savoir-faire à l'étranger, comme en Corée du Sud, détaille le quotidien, car ce pays possède des grottes ornées.

Contrairement aux précédentes itérations, Lascaux 4 est aussi "mieux financé", assurent ses promoteurs. Une campagne de financement populaire à hauteur de 5,8 millions avait été lancée en 2014. Le reste de la somme, soit 50 millions d'euros auxquels il faut en ajouter 7 pour les aménagements extérieurs, avait été réparti ainsi: Département de la Dordogne (16,6 millions), la Région Aquitaine (16,6 millions), l’Europe (12 millions), l’Etat (4 millions) et l’exploitant (2 millions). 

David Namias