BFMTV

Les adolescents de plus en plus exposés au porno

43% des 11-13 ans et 68% des 15-17 ans ont déjà eu accès à des contenus choquants sur internet.

43% des 11-13 ans et 68% des 15-17 ans ont déjà eu accès à des contenus choquants sur internet. - -

Le CSA avait fait de la lutte contre les images choquantes pour les adolescents son cheval de bataille. Et l'enquête publiée mardi à sa demande montre qu'il est difficile de lutter contre ces contenus inappropriés.

A la télévision, le contrôle est strict mais ce n’est pas le cas sur les ordinateurs et surtout sur les smartphones, qui sont de plus en plus utilisés par les adolescents. Résultat, selon une étude commandée par le CSA, 43% des 11-13 ans et 68% des 15-17 ans ont déjà eu accès à des contenus choquants sur internet, de la pornographie la plupart du temps.

« J’y vais une ou deux fois par semaine »

Morgane, Léon et Nicolas ont 15 ans. Pour eux, que ce soit sur l’ordinateur ou de plus en plus, sur leur téléphone, la pornographie fait partie de leur quotidien. « Ce n’est plus un sujet tabou maintenant et tout le monde a déjà été voir un site pornographique », confie Morgane. Quant à Nicolas il explique : « C’est déjà arrivé. Quand on est entre copains et qu’on veut s’amuser, on tombe parfois sur des sites qui pourraient être choquant pour les plus jeunes ». Et la première visite sur ce genres de sites s’est faite très tôt pour Nicolas. « Je devais avoir 10 ans » confie-t-il tout en reconnaissant « y aller une ou deux fois par semaine ».

«Nous les filles, on y va plus pour rigoler »

Si dans la pensée collective, les sites pornographiques sont plutôt visités par les garçons, aujourd’hui ce n’est plus tout à fait vrai. Les adolescentes elles aussi surfent sur ce genre de sites. « Les filles, nous, on y va plus pour rigoler entre copines. Je sais que toutes mes copines ont déjà visité ce genre de site ».

« Ce n’est pas romantique »

Mais, filles ou garçons, ils le savent, ces images n’ont rien à voir avec la réalité. « Ce n’est pas romantique, ça fait pervers, c’est animal », confient-ils à l’unisson. En revanche, s’il n’y a plus de tabou chez les jeunes, pour les parents, cela reste un sujet difficile à aborder : « C’est un sujet compliqué oui. On lui a, bien sûr, interdit d’aller sur des sites pornos. On a opéré la censure ». Mais cette censure est difficilement applicable, particulièrement sur les téléphones.

La Rédaction avec Lionel Top