BFMTV

La Floride redoute à son tour la marée noire

Nappe de pétrole dans les eaux du golfe du Mexique. BP poursuit ses efforts pour enrayer la marée noire mais les courants font craindre que le pétrole n'atteigne les zones touristiques de Floride, à un mois de l'été. /Photo prise le 18 mai 2010/REUTERS/Ha

Nappe de pétrole dans les eaux du golfe du Mexique. BP poursuit ses efforts pour enrayer la marée noire mais les courants font craindre que le pétrole n'atteigne les zones touristiques de Floride, à un mois de l'été. /Photo prise le 18 mai 2010/REUTERS/Ha - -

par Michael Haskins KEY WEST, Floride - BP poursuit ses efforts pour enrayer la marée noire dans le golfe du Mexique mais les courants font craindre...

par Michael Haskins

KEY WEST, Floride (Reuters) - BP poursuit ses efforts pour enrayer la marée noire dans le golfe du Mexique mais les courants font craindre que le pétrole n'atteigne les zones touristiques de Floride, à un mois de l'été.

La compagnie britannique, dont la capitalisation boursière a été amputée de 30 milliards de dollars depuis le début de la crise il y a un mois, assure récupérer 40% des 800.000 litres de brut qui s'échappent quotidiennement, à l'aide d'une conduite insérée dans le puits endommagé le 20 avril.

Les ingénieurs travaillent désormais à une solution plus durable qui devrait permettre de pomper davantage de pétrole. Leur travaux sont suivis de près par l'administration Obama, qui s'est montrée très ferme envers la firme, et par les habitants du littoral du golfe du Mexique.

Les défenseurs de l'environnement craignent que la catastrophe ne dépasse celle de l'Exxon Valdez, qui a frappé l'Alaska en 1989 et reste la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis.

Signe de l'ampleur de cette catastrophe, la zone interdite aux pêcheurs a été doublée mardi. Elle représente désormais 19% des eaux territoriales américaines du golfe du Mexique.

"J'espère toujours le meilleur, mais ça se présente vraiment mal", a reconnu Bill Nelson, sénateur démocrate de Floride, avant une nouvelle série d'auditions sur le sujet au Congrès.

CLIVAGE PARTISAN

L'analyse de boulettes de fioul découvertes à Key West, île très prisée au sud de la Floride, a révélé qu'elles ne provenaient pas du puits endommagé, ont annoncé mercredi les garde-côtes.

"Personne ne sait d'où viennent les boulettes de fioul, mais elles annoncent le pire", a commenté en revanche Charlie Bauer, un habitant de Key West.

L'industrie touristique représente 60 milliards de dollars de chiffres d'affaires annuel en Floride.

Des traces d'hydrocarbures ont par ailleurs été signalées en Louisiane, dans l'Alabama et le Mississippi, malgré les barrages flottants.

Les analyses d'eau prélevée près des côtes n'ont toutefois révélé aucun risque pour la faune et la flore aquatique depuis le début de la marée noire, a déclaré mardi Lisa Jackson, directrice de l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA).

Si le littoral semble pour le moment épargné, le sursis pourrait être de courte durée.

Pour de nombreux experts, la nappe, happée par le courant circulaire qui contourne la Floride, menace l'archipel des Keys et la côte Est, qui pourrait être touchée d'ici cinq ou six jours, selon les prévisions de l'institut océanographique de Floride.

BP, qui s'est engagé à couvrir l'ensemble des frais, évalue à 625 millions de dollars le coût des opérations de nettoyage, mais d'autres parlent d'ores et déjà en milliards.

Un projet de loi visant à relever le plafond des responsabilités légales des compagnies pétrolières a été rejeté mardi au Sénat, ce qui donné lieu à une vive réaction de Barack Obama.

"Je suis déçu qu'un effort destiné à faire en sorte que les compagnies pétrolières paient l'intégralité des dégâts qu'elles causent soit bloqué au Sénat des Etats-Unis sur la base d'un clivage partisan", a déclaré le président, dénonçant la position des élus républicains.

Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser