BFMTV

Kitano revient à Cannes au film de yakuza, en plus brutal

Pour sa deuxième participation en compétition au festival de Cannes, le réalisateur japonais Takeshi Kitano présente "Outrage", un retour au cinéma de ses débuts, en plus violent. La palme d'or sera décernée dimanche à l'un des 19 films en compétition. /P

Pour sa deuxième participation en compétition au festival de Cannes, le réalisateur japonais Takeshi Kitano présente "Outrage", un retour au cinéma de ses débuts, en plus violent. La palme d'or sera décernée dimanche à l'un des 19 films en compétition. /P - -

CANNES - "Outrage" marque le retour du cinéaste japonais Takeshi Kitano au film de yakuza pur et dur, avec un cortège de violence et de brutalité...

CANNES (Reuters) - "Outrage" marque le retour du cinéaste japonais Takeshi Kitano au film de yakuza pur et dur, avec un cortège de violence et de brutalité revues à la hausse dans cette ?uvre présentée lundi à Cannes.

Dans le Japon contemporain, le chef suprême d'une organisation mafieuse de Tokyo entreprend de liquider méthodiquement la concurrence, avec laquelle régnait jusqu'alors une sorte de pacte de non agression.

Complots, coups fourrés, trahisons vont aboutir à un carnage dans les rangs des yakuzas dont plusieurs clans vont être rayés de la carte, notamment le clan Otomo, dont le chef est interprété par Takeshi Kitano lui-même.

Le cinéaste, honoré d'un Lion d'Or à Venise en 1997 avec "Feux d'artifice" (Hanabi) et d'un Lion d'Argent en 2003 avec "Zatoichi", n'est pas un novice du film de gangster.

Il y a fait ses débuts en 1989 avec "Violent Cop" et l'a souvent visité par la suite.

"Aniki mon frère", en 2001, transposait le genre aux Etats-Unis, seule incursion du cinéaste en dehors du Japon. Comme souvent, Takeshi Kitano jouait l'un des principaux rôles aux côtés d'Omar Epps, future star de la série "Docteur House".

"Outrage" est son deuxième film à tenter la compétition cannoise après une comédie, "L'été de Kikujiro", en 1999.

Cinéaste, Takeshi Kitano est aussi un homme de télévision - connu sous le sobriquet de "Beat" Takeshi - et un peintre, comme en témoigne une exposition organisée à la Fondation Cartier à Paris. (voir )

RETOUR À LA NON-VIOLENCE ?

"Outrage", qui succède à une trilogie de films introspectifs ("Takeshis", "Glory to the Filmmaker!" et "Achille et la tortue") monte de quelques crans dans la brutalité de la représentation des méfaits des yakuza.

"Lorsque j'ai démarré ma carrière de cinéaste, les journalistes me questionnaient sans cesse sur la violence des mes films; alors j'ai commencé à faire des films sans violence et on m'a alors demandé pourquoi je faisais des films sans violence", a déclaré Takeshi Kitano, en conférence de presse, ajoutant qu'il avait voulu réinterpréter les codes du genre.

"Si ce film ne marche pas, je pense que je reviendrai à la non-violence", a-t-il plaisanté.

Dans "Outrage", le code de l'honneur passe aux oubliettes et même se trancher une phalange du petit doigt en vue de réparer un affront ne signifie plus rien.

Finis aussi les règlements de comptes au katana, figure obligée de l'imaginaire lié aux yakuzas. Dans "Outrage", c'est le plomb qui règle les différends.

Les yakuzas, en général présentés comme taciturnes, sont ici extrêmement bavards et surtout terriblement susceptibles.

"Monsieur le président", le parrain local, n'a rien à voir avec celui campé par Marlon Brando pour Francis Ford Coppola. C'est un chef d'entreprise machiavélique qui renouvelle les cadres en envoyant ad patres d'autres mafieux jugés trop vieux ou tombés en disgrâce sans raison particulière.

Wilfrid Exbrayat, édité par Yves Clarisse