BFMTV

Emma Watson et les faux pirates

Emma Watson, le 13 mai au château de Windsor.

Emma Watson, le 13 mai au château de Windsor. - Chris Jackson - AFP

Non, Emma Watson n'a pas été pas la cible de pirates malintentionnés. Mais le prétexte d'une fausse campagne marketing très virale, aux sources troubles.

Pas de photos d'Emma Watson, nue sur Internet. On la croyait menacée, mardi, par des pirates prêts à dévoiler des photos de l'actrice dans sa plus parfaite intimité. Il s'agit en fait d'un hoax, aux allures de campagne marketing virale contre le site 4chan.

Tout a commencé lundi 22 septembre, avec l'apparition sur le web d'un site intitulé "Emma you are next" (Emma, tu es la prochaine), avec un compte à rebours et le logo 4chan. Une allusion assez claire aux récentes photos dénudées diffusées sur Internet notamment via 4chan, et issues du piratage des comptes iCloud de stars comme Jennifer Lawrence et Rihanna.

"Fermez 4chan"

Mais mercredi, à minuit, avant même la fin du compte à rebours, point de photos, mais une nouvelle URL: www.rantic.com, et un nouveau message... anti 4chan. "Fermez 4chan", clame désormais le site, œuvre de l'agence Rantic, qui assure avoir été "engagée par des agents de célébrités pour attirer l'attention sur ce problème dégoûtant". La récente diffusion par 4chan de photos de célébrités nues ces 2 derniers mois est une intrusion dans la vie privée mais également la preuve que l'Internet a besoin de censure. Chaque 'like' et partage sur Facebook et Twitter comptera comme une signature et sera un pas de plus vers la fermeture de 4chan.org".

L'ennui, c'est que le lien permettant de signer en ligne une pétition à destination de la Maison Blanche ne mène nulle part. Et que l'agence Rantic n'existe même pas, comme le souligne New York Mag, pour qui rantic est l’œuvre d'un collectif du nom de social VEVO, déjà auteur d'autres hoax. Les auteurs du site rantic.com s'en défendent pourtant, précisant dans la rubrique "contact", avec une faute de frappe: "Nous ne sommes pas affiliés à SocialVevo". Difficile donc de savoir qui est derrière ce "buzz", qui a en tout cas profité à des sites parasites à l'url proche de emmayouarenext.com, bardés de liens publicitaires.

Le 20 septembre dernier, Emma Watson s'était illustrée à la tribune de l'ONU, tenant un émouvant discours sur l'égalité des sexes et le féminisme. L'actrice s'était également exprimée sur Twitter pour dénoncer le piratage et l'étalage de photos intimes.

Magali Rangin