BFMTV

Astérix: comment Astier a trouvé la recette de la potion magique

BFMTV
Ajouter du volume et une touche d'humour personnel sans trahir l'esprit d'Astérix, telle était la mission d'Alexandre Astier et Louis Clichy, dont l'adaptation du Domaine des Dieux sort en salle ce mercredi.

"C'est un film à plusieurs lectures, comme un album de mon père". Le compliment vient d'Anne Goscinny, fille de René, à la sortie de l'avant-première d'Astérix - Le domaine des Dieux. L'adaptation animée en 3D signée Alexandre Astier et Louis Clichy sort mercredi 26 novembre dans les salles.

Le duo a-t-il réussi, comme Alain Chabat avec Astérix et Cléopâtre, à s'approprier l’œuvre d'Abert Uderzo et René Goscinny, en y insufflant un esprit et un humour contemporains? Albert Uderzo et Anne Goscinny en sont persuadés. Voici les ingrédients de cette potion magique.

> L'humour en héritage

Les références du Domaine des dieux, paru en 1971, font écho à des questions très contemporaines. "Il y a une société qui vient et qui impose toutes ses valeurs, il y a le côté écologique, l'urbanisme face au côté rural organique des Gaulois", explique Louis Clichy à BFMTV. Les revendications salariales des esclaves, la mondialisation, l'écologie... Tout était là, il ne restait qu'à l'assaisonner à la sauce 2014.

L'univers d'Astérix, Alexandre Astier le connaît sur le bout des doigts, lui qui est tombé dedans quand il était petit. Piquant chez sa grand-mère, les albums achetés par son père Lionnel, il les a "au moins lu 20,30, 40 fois chacun".

Anne Goscinny évoque même une filiation, expliquant dans Le Figaro, le 5 novembre dernier, que "comme pour Alain Chabat, on a l'impression que ce sont des gens de très grand talent qui ont puisé leur inspiration, et pour aller plus loin, leur vocation dans l'œuvre de mon père. Il est pour moi très émouvant de constater que l'héritage intellectuel de mon père n'est pas stérile. Il a fait des petits".

> Un duo complémentaire

Comme Uderzo et Goscinny, Louis Clichy et Alexandre Astier ont travaillé en duo. Avec ce qu'il faut de frictions pour enrichir le film.

"On vient de deux écoles très différentes, explique Louis Clichy. Je viens de l'animation (NDLR: il a été animateur sur Là-haut et Wall-E), j'ai des références qui ne sont pas les mêmes, j'aime beaucoup l'humour et les gags visuels".

Alexandre Astier était, lui, plutôt habitué à tout gérer seul. "Quitte à ne pas tout faire, il faut que je tombe sur un type qui est aussi chiant que moi dans son domaine. Le film est vraiment le résultat de deux mecs qui tiennent à leur truc. A chaque fois il y a débat. Si j'étais tombé sur un béni oui-oui, je l'aurais défoncé et ça n'aurait pas été bien pour le film", raconte avec humour Alexandre Astier.

> Validé par Uderzo

"Uderzo a retrouvé ses personnages", raconte Alexandre Astier, soulagé. D'autant que cette confiance n'était pas acquise, de prime abord. "Il a eu peur. Il a craint pour Astérix", se souviennent Alexandre Astier, et Louis Clichy. "Au début, je pigeais pas ce que vous vouliez faire", leur a ainsi dit Albert Uderzo sans détour. "Il s'est méfié", reconnaissent les deux réalisateurs, "il nous l'a dit lui-même: 'longtemps je n'y ai pas cru. Et je trouve que c'est le meilleur film d'Astérix qui soit sorti'".

Adoubés, Astier et Clichy le sont aussi par Anne Goscinny. "Ce film inscrit Astérix au 21e siècle, avec la 3D, cette animation incroyable", s'enthousiasme-t-elle, interrogée par BFMTV. Et puis selon Anne, son père René Goscinny, serait "heureux" de voir que Roger Carel est toujours là. "Cette continuité de voix, incarnée par Roger Carel, est presque magique et surnaturelle et confère au personnage et à la mémoire de mon père une notion d'immortalité", assure-t-elle.

Difficile en effet d'imaginer le Gaulois futé sans la voix flûtée de Carel. C'est lui qui a doublé tous les Astérix animés, de 1967 à 2006. A 87 ans, Le domaine des Dieux est son baroud d'honneur. "Il a appris qu'on bossait. Il a dû apprendre avec qui c'était, peut-être qu'Uderzo lui en a parlé aussi, évoque, ravi, Alexandre Astier. Il est venu. On n'avait même pas encore eu le temps de s'inquiéter de qui allait faire Astérix".

> Casting de choc

Alexandre Astier a réuni pour les voix un casting d'enfer, s'entourant, comme à l'époque de Kaamelott, de comédiens de tous horizons. Elie Semoun, Alain Chabat, Géraldine Nakache, Laurent Lafitte, Lorant Deutsch, Guillaume Briat, François Morel, Lionnel Astier, Florence Foresti et bien d'autres campent ainsi Gaulois énervés et Romains frappés, autour de Roger Carel.

Magali Rangin, avec le service Showbiz