BFMTV

Le Sénat part en guerre contre les loups

-

- - -

La commission du Développement durable a adopté une proposition de loi prévoyant la création de "zones d'exclusions" pour les loups, où leur "destruction" sera autorisée.

Les sénateurs se font les protecteurs des brebis. Vendredi, la commission du Développement durable du Sénat a adopté une proposition de loi instaurant des "zones de protection renforcée contre le loup", dans lesquelles sera autorisée la "destruction" de l'animal.

Ces zones "regrouperont les communes dans lesquelles les activités pastorales sont gravement perturbées par les attaques de loups", selon le texte du sénateur RDSE (groupe à majorité Radicaux de gauche) de Lozère Alain Bertrand.

Le loup, une espère protégée

Le texte a été adopté en commission par 8 voix contre 7. Les radicaux et l'UMP ont voté pour, les centristes se sont abstenus, les socialistes, comunistes et écologistes ont voté contre.

Les socialistes ont jugé le "timing" de ce texte peu opportun, au moment où un "plan loup" est en cours de négociation et devrait être validé le 5 février. Ce plan sur quatre ans prévoit de garantir la protection du loup, une espèce protégée, tout en limitant l'impact sur l'élevage.

Pression des élus de montagne

La proposition de lois sera examinée en séance mercredi prochain. Mais même si le gouvernement s'y est déjà dit opposé, les élus socialistes seront sans doute divisés. Car sur cette question, le clivage est plutôt géographique : les élus de montagne de tout bord ont fait pression pour le vote du texte.

Selon les organisations agricoles, le loup aurait tué en 2012 "5.000 brebis et coûté plus de 10 millions d'euros aux contribuables". De leur côté, les associations de défense du loup plaident pour une meilleure organisation de défense des troupeaux menacés avec des clôtures et des chiens plutôt que par l'abattage de l'animal.