BFMTV

Le président tchétchène accueillera-t-il Marius, l'autre girafe menacée d'euthanasie?

n girafon près de sa mère au zoo de Kronberg, en Allemagne, le 7 janvier 2014. (photo d'illustration)

n girafon près de sa mère au zoo de Kronberg, en Allemagne, le 7 janvier 2014. (photo d'illustration) - -

Fait-il meilleur vivre en Tchétchénie qu'au Danemark quand on est une girafe? La question se pose, depuis que Ramzan Kadyrov a proposé de recueillir Marius, l'autre girafon menacé d'euthanasie.

Le sort de Marius, la seconde girafe menacée de mort au Danemark, a ému jusqu'au très controversé président tchétchène Ramzan Kadyrov. Pour preuve, il a même offert de le recueillir dans le zoo de la petite république russe du Caucase, "par humanisme"...

Quelques jours seulement après la mort d'un autre Marius au zoo de Copenhague et son autopsie devant des visiteurs, dont des enfants, le zoo Jyllands Park a indiqué aussi envisager cette possibilité pour une girafe mâle de sept ans, jugeant qu'elle n'avait pas un patrimoine génétique intéressant.

Kadyrov choqué par un "spectacle sanguinaire"

"J'ai appris avec émotion l'information selon laquelle le Danemark a l'intention de priver de vie une autre girafe", a écrit sur son compte Instagram le leader tchétchène, vivement critiqué par les ONG qui accusent les milices de ce dirigeant pro-russe d'avoir mis au pas cette région au prix d'exécutions extra-judiciaires et d'autres violations des droits de l'homme.

Il a déploré l'euthanasie du girafon du zoo de Copenhague, et le "spectacle sanguinaire" donné ensuite en le démembrant et le donnant en pâture aux carnassiers. "Par humanisme, je suis prêt à accueillir Marius", ajoute-t-il, promettant de garantir de bonnes conditions de détention et pour sa santé.

A. D. avace AFP