BFMTV

Elephantes de Lyon: le préfet a reçu "des milliers de mails et de SMS" dénonçant son "manque de coeur"

BFMTV

Le préfet de la région Rhône-Alpes, Jean-François Carenco, a indiqué mardi aux journalistes qu'il avait reçu "des milliers de mails et de SMS" dénonçant son "manque de coeur", après qu'il a décidé l'abattage de deux éléphantes du Parc de la Tête d'Or à Lyon, suspectées d'être porteuses de la tuberculose.

Présentant les voeux à la presse dans son costume d'apparat, Jean-François Carenco a d'abord ironisé sur son "uniforme de Rataxès, général en chef de l'armée qui veut du mal à Babar", avant de réaffirmer, plus sérieusement, que les deux éléphantes présentent, à ses yeux, un risque majeur pour la santé.

Affirmant qu'il était "impossible de les soigner", le préfet a insisté sur le risque sanitaire pour les familles et notamment les enfants. Et "s'il y a un problème demain, c'est moi qui vais en taule", a-t-il dit.

"Ca va faire plaisir à tous les parents qui n'ont pas osé avouer à leurs enfants que c'est un chasseur qui a tué la maman de Bambi", a-t-il encore déclaré, affirmant qu'il prenait toute cette affaire "avec un grand sourire".