BFMTV

Acidification des océans: les poissons attirés par leurs prédateurs

Photo sous-marine datée du 05 avril 2006 d'un banc de poissons sur la barrière de corail Australienne.

Photo sous-marine datée du 05 avril 2006 d'un banc de poissons sur la barrière de corail Australienne. - -

Une étude menée en Papouasie-Nouvelle-Guinée montre que les poissons seraient attirés par l'odeur de leurs prédateurs à cause du réchauffement climatique qui acidifie les océans. Un scénario qui pourrait se généraliser d'ici la fin du siècle.

La concentration de CO2 dans l'océan perturbe gravement les poissons. Ils perdent leur instinct de survie, allant même jusqu'à être attirés par leurs prédateurs, au fur et à mesure de l'acidification des océans causée par le réchauffement climatique, avance une étude publiée lundi dans Nature Climate Change.

Des travaux menés au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée dans des récifs coraliens dotés d'eaux plus acides que la moyenne en raison d'une activité volcanique sous-marine, ont montré un comportement à risque des poissons. "Les poissons évitent en général l'odeur d'un prédateur, ce qui est logique", note le profeseur Philip Munday, de l'université australienne James Cook. Mais dans ces eaux acides ils "commencent à être attirés par cette odeur, ce qui est incroyable".

Les poissons seraient-ils incapables de s'adapter?

Autre conclusion de l'étude: les poissons ne font plus de distinction entre les odeurs des différents habitats et présentent un comportement plus audacieux qu'à l'accoutumée. "Ils nageaient par ailleurs plus loin de leur abri, ils étaient plus actifs (...), accroissant ainsi le risque pour leur survie car ils sont plus facilement repérables par un prédateur", a ajouté le scientifique.

Quelque 30% du dioxyde de carbone relâché dans l'atmosphère est absorbé par l'océan, ce qui accroit l'acidité des eaux. Les eaux étudiées dans le cadre de cette étude ont un taux d'acidité comparable au taux prévu à la fin du siècle dans la plupart des mers du monde.

Selon Philip Munday, les poissons semblent avoir échoué à s'adapter aux conditions d'acidité, bien qu'ils vivent dans ce milieu depuis leur naissance. "Ils ne semblent pas s'adapter pendant leur durée de vie", souligne le scientifique. Les recherches ont été menées par le centre de recherches sur les coraux de l'université James Cook, l'Institut australien de science marine, la Société nationale de géographie et l'Institut de technologie de Georgie.

A. D. avec AFP