BFMTV

95% des lémuriens sont menacés d'extinction

Un Vari noir et blanc, une espèce de lémurien, au zoo d'Amnéville le 20 juillet 2018.

Un Vari noir et blanc, une espèce de lémurien, au zoo d'Amnéville le 20 juillet 2018. - Jean-Christophe Verhaegen - AFP

La destruction de la forêt tropicale, l'agriculture non réglementée, l'activité minière et la chasse menacent la survie de la centaine d'espèces et de sous-espèces de lémuriens.

Avec 95% de leur population "sur le point de s'éteindre", les lémuriens deviennent les primates les plus menacés sur Terre, a affirmé ce mercredi un regroupement d'organisations de défense de l'environnement de référence. 

Des dizaines d'experts dans la conservation des primates se sont réunis et ont réévalué le statut des espèces et sous-espèces de lémuriens, et mis à jour la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Certaines sont en danger critique d'extinction. 

Les lémuriens, des primates arboricoles reconnaissables à leur museau pointu et à leur longue queue, sont uniquement présents à Madagascar où ils sont décimés par l'exploitation et la destruction de la forêt tropicale, la non-réglementation de l'agriculture et de l'activité minière, a déclaré l'IUCN.

Selon Russ Mittermeier, un membre de la commission chargée de la survie des espèces à l'UICN, "c'est sans aucun doute le pourcentage d'animaux menacés le plus élevé pour un groupe important de mammifères et même de vertébrés". 

105 espèces et sous-espèces menacées sur 111

Sur 111 espèces et sous-espèces de lémuriens, 105 sont menacées, précise l'UICN dans sa première mise à jour depuis 2012 du rapport sur la population de lémuriens. 

Parmi les facteurs d'extinction les plus inquiétants figure "l'augmentation de la chasse aux lémuriens, qui inclut la chasse commerciale à grande échelle", selon Christoph Schwitzer, le directeur de la sauvegarde des animaux à la Bristol Zoological Society. "Du jamais vu à Madagascar", a-t-il ajouté. 

Selon l'UICN, il ne resterait plus qu'une cinquantaine de lépilémurs septentrionaux, qui deviennent ainsi l'espèce de lémuriens "la plus menacée". 

"Les lémuriens sont à Madagascar ce que les pandas géants sont à la Chine - la poule aux oeufs d'or qui attire les touristes et les amoureux de la nature", explique Jonah Ratsimbazafy, un membre du Groupe d'études et de recherches sur les primates de Madagascar. 

L'UICN a lancé "un plan d'action exceptionnel pour la sauvegarde des lémuriens", pour aider à préserver la biodiversité exceptionnelle de Madagascar et ses espèces menacées. 

L.A., avec AFP