BFMTV

Villiers-le-Bel: des centaines de manifestants réclament "Justice pour Ibrahima"

Lundi 7 octobre 2019, un millier de personnes lui avaient déjà rendu hommage à Villiers-le-Bel, dans le Val-d'Oise.

Lundi 7 octobre 2019, un millier de personnes lui avaient déjà rendu hommage à Villiers-le-Bel, dans le Val-d'Oise. - Capture BFM Paris

La famille demande notamment l'accès à la vidéosurveillance de la caméra installée juste en face du lampadaire heurté par le jeune motard.

Une marche blanche en mémoire d'un jeune motard, Ibrahima, a rassemblé plusieurs centaines de personnes ce dimanche à Villiers-le-Bel, dans le Val-d'Oise. Le jeune homme est mort il y a une semaine dans des circonstances encore floues, près d'un contrôle de police,

Quelque 500 personnes selon la police, dont plusieurs proches du jeune homme de 23 ans et une poignée d'élus de la commune notamment, se sont réunies en silence dans le quartier de la Cerisaie, là-même où le jeune homme est mort. 

200 motards ouvraient la voie

"Nous sommes ici pour dénoncer les violences subies par mon frère, notre frère, un citoyen français (...) tué par la police", a lancé au micro l'un de ses frères aînés, Diané Bah. "Nous allons marcher et exiger la justice. Nos voix, vos voix, doivent être entendues", a-t-il poursuivi.

Le cortège s'est ensuite ébranlé, scandant: "Justice pour Ibrahima", derrière quelque 200 motards ouvrant la voie, qui ont bloqué une départementale. Le jeune homme est mort dimanche dernier, dans une ville déjà éprouvée par la mort en 2007 de deux adolescents tués dans la collision entre leur moto et une voiture de police. Leur décès avait donné lieu à l'époque à des violences urbaines et des affrontements avec les forces de l'ordre.

Selon les premiers témoignages, Ibrahima serait passé à moto au moment où des policiers avaient fait arrêter une voiture à un carrefour, après des "infractions routières". 

Ouverture d'une information judiciaire contre X

Une information judiciaire contre X pour homicide involontaire a été ouverte quatre jours après, mais "à notre connaissance, le procureur n'a toujours pas nommé de juge" d'instruction et "on n'a toujours pas eu accès au dossier", a déploré auprès de l'AFP Thierno Bah, un autre des frères aînés d'Ibrahima.

"Aujourd'hui, on n'a toujours pas accédé à la vidéo" issue de la caméra de vidéosurveillance installée juste en face du lampadaire heurté par le jeune motard. "On dirait que le procureur joue la montre alors que l'affaire pourrait être bouclée au plus vite. Est-ce qu'il fait de la rétention d'information?", s'est-il interrogé.

La famille de la victime avait déposé plainte contre X pour homicide volontaire le lendemain des faits, contestant la version de la police. Selon les premiers éléments transmis par la justice, un des fonctionnaires de police aurait fait signe au motard de ralentir. Dans des circonstances encore floues, la moto et son conducteur ont chuté et ce dernier a percuté le poteau métallique.

Le lendemain des faits, un millier de personnes s'étaient déjà rassemblées à Villiers-le-Bel pour réclamer "la vérité" sur les circonstances du drame. 

L.A. avec AFP