BFMTV

Toulon: deux autres épaves découvertes lors des recherches du sous-marin La Minerve

Vue de l'épave La Minerve. - Ocean Infinity - Ministère des Armées

Vue de l'épave La Minerve. - Ocean Infinity - Ministère des Armées - -

Au mois de juillet dernier, deux autres épaves de bateaux ont été retrouvées dans la Méditerranée lors des recherches de la Marine pour retrouver le sous-marin La Minerve.

Alors qu'elle recherchait le sous-marin La Minerve, la Marine nationale a découvert deux autres épaves de bateaux situées dans les eaux de la mer Méditerranée, à une quarantaine de kilomètres au large de Toulon, rapporte France Bleu Var ce lundi.

Lors de la campagne de recherche du sous-marin menée du 17 au 24 juillet dernier, l'équipe du service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) a remarqué trois points d'intérêt, c'est-à-dire des formes aux dimensions correspondant au sous-marin recherché. 

Deux épaves situées à 2000m de profondeur

Un petit robot sous-marin (un ROV) capable de prendre des photos est alors envoyé par l'entreprise américaine Ocean infinity. Une première épave de type Narval est repérée dans les eaux de la mer Méditerranée. Les spécialistes concluent rapidement qu'il ne s'agit pas de la Minerve, mais d'un sous-marin volontairement coulé lors d'un exercice de la Marine réalisé dans les années 2000.

L'épave repose donc dans son entièreté à 2000 mètres de profondeur au large de Toulon, dans les 895 km² cartographiées pour ces recherches. L'impact de la torpille qui l'a fait couler est toujours visible. 

Puis quelques heures plus tard, les spécialistes ont repéré un second point d'intérêt. Il s'agit cette fois d'un bateau de transport en acier, en un seul morceau, mais dont le pont en bois est enfoncé, d'après France Bleu Var. 

Les chercheurs retrouveront finalement la fameuse Minerve le lundi 22 juillet, vers 18 heures, à 2370 mètres de profondeur. Le sous-marin avait disparu en janvier 1968 au large de Toulon avec 52 marins à bord. La ministre des Armées Florence Parly avait alors salué "un succès, un soulagement et une prouesse technique".

Jeanne Bulant