BFMTV

Thalys: qui est Ayoub el Khazzani, suspect de l'attaque du Thalys?

Un policier marche près du Thalys dans lequel un tireur a fait deux blessés, le 21 août, dans le Nord de la France.

Un policier marche près du Thalys dans lequel un tireur a fait deux blessés, le 21 août, dans le Nord de la France. - Philippe Huguen - AFP

Vendredi, un homme a ouvert le feu dans une rame d'un train Thalys, faisant deux blessés dont un grave. Il a pu être identifié officiellement grâce à ses empreintes digitales, il était fiché par les renseignements français.

L'homme nie pour l'instant être un terroriste. Vendredi en fin de journée, cet ancien résident espagnol de 26 ans a ouvert le feu à l'aide d'une kalachnikov dans une rame d'un train Thalys reliant Amsterdam à Paris avant d'être maîtrisé par des passagers

Un homme connu des services antiterroristes

Selon les informations recueillies par BFMTV, le principal suspect des coups de feu serait âgé de 26 ans et se nommerait Ayub el Kazzani. L'homme a pu être identifié formellement samedi grâce à ses empreintes digitales. L'homme interpellé à Arras était connu de la police en Espagne pour une affaire de stupéfiants, les autorités espagnoles avaient à cette occasion relevé ses empreintes digitales. Il était connu des services français après un signalement des autorités espagnoles, pays où il avait résidé. D'après le quotidien espagnol El Pais, l'homme a vécu un an en Espagne, jusqu'en 2014, avant de déménager en France.

"Des sources de l'unité anti-terroriste espagnole ont indiqué que l'auteur de l'attaque a ensuite voyagé en Syrie avant de retourner peu après vers l'Hexagone" précise encore le journal. De son côté, la Belgique confirme également que l'homme était fiché par ses services. Il aurait été en relation avec des filières terroristes récemment démantelées dans le pays. 

La brigade anti-terroriste aux commandes

Le suspect, dont la garde à vue avait commencé à Arras (Nord) vendredi, a été transféré à Levallois-Perret samedi matin, au siège de la SDAT (Sous-Direction Anti-Terroriste). Dans la soirée, Bernard Cazeneuve a apporté son soutien aux victimes du tireur tout en refusant de parler ouvertement de terrorisme. Une précaution que n'a pas employée le Premier ministre belge Charles Michel sur Twitter.

En garde à vue, l'homme a nié avoir voulu mener un attentat, parlant d'une tentative de "braquage". Après avoir expliqué qu'il avait trouvé un sac à dos bourré d'armes "par hasard dans un parc de Bruxelles", il a affirmé qu'il souhaitait détrousser les passagers du Thalys sous la menace de ces armes.

Une version que Bernard Cazeneuve a mis en doute lors d'une conférence de presse donnée Place Bauveau. Le Ministre de l'Intérieur a affirmé que si son identité était vérifiée, l'homme serait certainement lié à "la mouvance islamiste radicale". 

Une information qui pourrait être confirmée par les services secrets espagnols qui ont révélé que l'homme avait séjourné en Syrie avant de revenir en France. Libération de son côté affirme qu'il avait été repéré sur un vol Berlin-Istanbul en mai dernier. La Turquie est connue pour être la porte d'entrée de nombreux jihadistes souhaitant se rendre en Syrie ou en Irak.

Paul Aveline