BFMTV

Sécu : « Il n'y aura pas de déremboursement » des lunettes, promet Touraine

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine. - -

Alors que la Cour des comptes proposait à la Sécurité sociale de laisser le remboursement des lunettes totalement à la charge des mutuelles, la ministre Marisol Touraine affirme que la collectivité maintient sa participation.

Même si la Sécurité sociale vous donne peu lorsque vous devez changer de lunettes, rassurez-vous, elle continuera de participer, affirme la ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine dans une interview à Ouest-France. « En matière d'optique, j'ai engagé un processus pour voir comment nous pourrions faire baisser les prix de certains produits et qui viendra à son terme prochainement », a-t-elle déclaré. La Cour des comptes, elle, y aurait plutôt vu un moyen de faire des économies. Dans son rapport annuel, elle proposait de réfléchir à un « éventuel retrait » de la Sécu de ce marché « opaque », en laissant la totalité de la charge des frais des lunettes aux complémentaires privées.

-> Sécu : dérembourser l'optique ?

« Pas du tout favorable » à la mesure

La Cour des comptes « passe chaque année en revue les économies possibles et propose des orientations. Le gouvernement les accueille toujours avec attention mais ce ne sont pas nos propositions », souligne la ministre. Selon elle, il faut « traquer les excès lorsqu'il y en a et réaliser des économies quand c'est possible mais, encore une fois, ça ne peut pas se faire au prix de déremboursement », auquel elle n'est « pas du tout favorable ». En revanche, le secteur mérite bien un petit coup de balai, estime-t-elle.

« Ne pas se résigner à l'idée que les lunettes deviennent un produit de luxe »

« On s'aperçoit qu'il y a de marges importantes sur l'optique, des différences assez étonnantes et qu'on est en droit de questionner... Il s'agit d'engager la concertation et le dialogue pour faire en sorte de peser sur les prix en particulier des lunettes. J'ai bon espoir d'aboutir », poursuit Mme Touraine.
« Je ne peux pas me résigner à l'idée que les lunettes deviennent un produit de luxe quand on sait que, évidemment, c'est quelque chose d'essentiel. Ce qu'il faut, ce sont des produits de qualité à un prix accessible », estime-t-elle.

M. Chaillot