BFMTV

Sécurité maximale pour Benoît XVI

BFMTV

La visite du pape en France va mobiliser plus de 9 000 policiers et gendarmes, pour protéger une des personnalités les plus importantes de la planète.

Le pape Benoît XVI est attendu demain vendredi pour une visite de 4 jours à Paris, puis à Lourdes. Plus de 9 000 policiers et gendarmes (5 000 à Paris et 4 000 à Lourdes) vont se relayer pour assurer sa sécurité. En effet, en tant que chef de l'Etat du Vatican, le pape bénéficie d'un dispositif de sécurité exceptionnel : plus de 3 000 policiers seront mobilisés chaque jour pour sécuriser ses déplacements.

Notamment samedi, aux Invalides, où plus de 200 000 pèlerins sont attendus pour la messe. Les rives de la Seine seront surveillées par la brigade fluviale et des tireurs d'élite seront postés sur les points hauts. Pour assurer la surveillance aérienne, un hélicoptère, équipé de caméras embarquées, survolera la capitale. A Paris et à Lourdes, le pape et sa suite seront aussi protégés de près par des hommes d'élite du RAID et par une trentaine d'hommes du Service de Protection des Hautes Personnalités. A Lourdes, des radars, des avions et des missiles seront positionnés pour empêcher toute attaque aérienne. Les personnes qui habitent sur les trajets du pape ont reçu 2 consignes : ne laisser aucun objet sur le rebord de leurs fenêtres, et signaler au commissariat la présence de toute personne non recensée par la police.

Renato Cavarelli, commissaire de police au Service de Protection des Hautes Personnalités, précise les menaces auxquelles il doivent faire face : « Malheureusement on doit faire face à toutes sortes de risques. On n'est pas à l'abri d'un attentat, on n'est pas à l'abri d'un jet de projectile par une personne qui va profiter de la présence du Saint Père et des médias pour se montrer. Tout et possible et par conséquent il faut être toujours à l'affût, il faut toujours être aux aguets pour éviter ce genre de désagréments. Ca peut être tout simplement une tarte à la crème ». En effet, le pape fait partie des personnalités les plus surveillées : « D'après l'unité de coordination de lutte antiterroriste, le Saint Père a été désigné comme « sensibilité numéro 2 ». C'est une sensibilité assez importante, c'est celle à laquelle appartiennent les présidents russe et américain (NDLR : Aucune personnalité n'est pour l'instant classée « sensibilité numéro 1). On adapte notre riposte en matière d'effectif : nous avons deux équipes, ce qui représente une bonne soixantaine de personnes pour toute l'organisation et pour la sécurité rapprochée ».

La rédaction et Céline Pitelet