BFMTV

Noël: les lieux de culte sous haute surveillance

Les dispositifs de sécurité seront renforcés dimanche et lundi aux abords des lieux de culte où seront célébrées les traditionnelles messes de Noël.

Ils seront près de 100.000 policiers, gendarmes et militaires de l’opération Sentinelle à être mobilisés dimanche et lundi pour assurer la sécurité des fêtes de Noël. À cette occasion, les 650 édifices religieux de l'Hexagone, où sont attendus les fidèles pour célébrer les messes, feront l’objet d’une surveillance renforcée.

Dans un contexte de menace terroriste élevée, "le ministère de l’Intérieur le confirme, ce sont les lieux de culte chrétiens ce week-end qui vont être protégés mais aussi marchés de Noël et les centres commerciaux", indique sur notre antenne Mathieu Zagrodski, spécialiste des questions de sécurité.

Dispositif inédit devant les cathédrales Notre-Dame de Paris et Strasbourg

L’enjeu de la sécurisation des sites religieux est d’autant plus crucial que certaines églises et cathédrales ont dû organiser des messes supplémentaires pour répondre aux nombreuses sollicitations des fidèles. C’est le cas à Notre-Dame de Paris où un dispositif inédit est mis en place pour filtrer et fouiller de manière systématique les visiteurs qui souhaitent pénétrer sur le parvis du célèbre monument.

Même chose à la cathédrale de Strasbourg où les policiers procèdent à des fouilles minutieuses des sacs et manteaux afin d’assurer une sécurité maximale. "La plupart comprennent ces choses-là mais effectivement, il y a des personnes qui sont un peu énervées par cela et qui vont dans d’autres églises", constate sur notre antenne Michel Mackenheim, archiprêtre de la cathédrale de Strasbourg.

Mais globalement, les visiteurs semblent approuver ce dispositif spécial: "Je me sens vraiment en sécurité. Les forces de l’ordre sont au nombre suffisant je pense", souligne un touriste anglais venu visiter Notre-Dame-de-Paris. "Peut-être que ça peut paraître étrange mais c’est pour qu’on se sente en sécurité donc c’est plutôt bien", témoigne un autre visiteur du monument parisien.

Des "patrouilles dynamiques" devant les sites moins fréquentés

Tous les édifices religieux n’auront toutefois pas droit à un dispositif de sécurité aussi important que celui déployé à Paris ou Strasbourg.

"On ne pourra pas mettre une patrouille statique devant chaque édifice religieux en région parisienne, et encore moins sur l’ensemble la France. Il va y avoir des systèmes de patrouille statique devant des lieux très fréquentés et très connus. Pour le reste, ce seront certainement des patrouilles dynamiques qui vont être mises en place", explique Mathieu Zagrodzki.

Et de poursuivre: "Il ne faut pas oublier non plus que l’épiscopat peut mettre à l’entrée des paroisses un système de filtrage, de palpation, d’inspection des sacs… Mais dans ce cas précis, c’est une sécurité privée qui est requise".

"Difficile de dire si la menace est plus ou moins forte"

7000 policiers assureront la sécurité dans l’agglomération parisienne dimanche et lundi. Au niveau national, 6000 forces de l’ordre supplémentaires ont été appelées par rapport à l’an dernier.

"C’est difficile de dire si la menace est plus forte ou moins forte. Ce qui est certain c’est que cela (la sécurité, ndlr) demeure une préoccupation majeure. D’ailleurs l’Observatoire nationale de la délinquance a publié son premier rapport annuel qui a démontré que c’était devenu la première préoccupation pour plus de 30% des Français", rappelle Mathieu Zagrodzki qui estime que la présence des forces de l’ordre devant les lieux de culte vise avant tout à dissuader et à "rassurer les gens".

Paul Louis