BFMTV

Quand Air France demande à ses passagers de payer le carburant

-

- - -

L'équipage du vol Air France Paris-Beyrouth, obligé de se ravitailler en carburant en Syrie, n'a pas hésité à demander à ses 174 passagers de combien d'argent ils disposaient pour régler le plein. La compagnie a finalement accepté de payer la totalité de la note.

L'équipage du vol Air France Paris-Beyrouth qui a dû faire escale mercredi à Damas pour se ravitailler en carburant a demandé à ses passagers de quelle somme d'argent ils disposaient pour régler le plein si besoin, a déclaré jeudi la compagnie. Mais l'entreprise a finalement réglé elle-même la somme demandée par les autorités aéroportuaires de la capitale syrienne.
Un vol Air France parti mercredi soir de Paris pour Beyrouth, et avec 174 passagers à bord, a dû être dérouté pour raisons de sécurité, et a fait escale à Damas pendant deux heures pour faire le plein de kérosène. 

Air France s'acquitte finalement du montant du plein

« Par mesure de précaution et d'anticipation, l'équipage a procédé au recensement des disponibilités d'avoirs en liquide des passagers pour payer le plein de carburant en liquide », a expliqué une porte-parole d'Air France. « En définitive, Air France a pu s'acquitter elle-même du montant du plein de carburant », a-t-elle ajouté, sans préciser la facture ni le moyen par lequel Air France l'a finalement réglé.
Après l'escale de Damas, l'Airbus est parti pour l'aéroport de Larnaca, à Chypre, où il s'est posé dans la nuit et dont il a redécollé jeudi après-midi en direction de Beyrouth. L'avion a été dérouté parce que des manifestants bloquaient les routes d'accès à l'aéroport de Beyrouth. « La sécurité des passagers n'étant pas assurée sur place étant donné que les abords de l'aéroport étaient totalement bloqués, Air France et l'équipage ont décidé de dérouter l'avion », a-t-elle dit.
Air France a annoncé début mars la suspension de ses vols vers Damas jusqu'à nouvel ordre en raison des violences en Syrie.

La rédaction avec Reuters