BFMTV

Prédiction ou pipeau, faut-il continuer à lire son horoscope?

L'horoscope du 14 janvier 2011 dans un journal américain (photo d'illustration)

L'horoscope du 14 janvier 2011 dans un journal américain (photo d'illustration) - Eva Hambach-AFP

C'est certain, les astres le confirment: les lions vont passer une excellente journée, contrairement aux béliers pour qui les vingt-quatre prochaines heures s'annoncent sous leurs pires auspices. Votre horoscope fait la pluie et le beau temps de votre humeur. Et pourtant, pas toujours à raison.

"Sagittaire, forme: troubles intestinaux possibles." "Vierge, cœur: les joutes verbales avec votre conjoint ne manqueront pas de piquant." "Balance, réussite: ne prenez pas de retard dans vos dossiers ou vous aurez du mal à les finir." Vous faites peut-être partie de ces accros aux horoscopes qui ne peuvent commencer leur journée sans savoir ce que le destin réserve à leur signe astrologique. 

Hegel et Alice au pays des merveilles

Qu'ils soient laconiques - comme ceux de certains quotidiens - ou poétiques et philosophiques - comme ceux de l'Américain Rob Brezsny qui peut aussi bien citer Hegel qu'Alice au pays des merveilles - les horoscopes fascinent, que l'on y croie ou non. L'ancien président de la République, François Mitterrand, se faisait même conseiller par la célèbre astrologue Elizabeth Teissier, qui a créé en 1975 le premier horoscope télévisé quotidien. "C'est un peu comme la météo, on veut savoir quel temps il va faire aujourd'hui", remarque auprès de BFMTV.com Marc Brun, président de la Fédération des astrologues francophones. 

Chaque semaine, l'astrologue Jean-Yves Espié formule un horoscope pour les quelque 5 millions de lecteurs du magazine Télé 7 jours. "Bien sûr, que l'on s'adresse à un homme de 20 ans ou une grand-mère de 80 ans, ce ne sont pas les mêmes enjeux, assure-t-il. Mon champ d'intervention est réduit sur les horoscopes à large spectre." Des horoscopes souvent courts qui abordent l'astrologie "par sa plus petite lorgnette", reconnaît celui qui propose également ses prévisions complètes sur sa chaîne Youtube.

"L'astrologie est un outil de développement personnel qui permet de mieux se connaître, poursuit Jean-Yves Espié. Mais il faut une longue pratique de l'humain et savoir décrypter les transits, les planètes qui passent, les cartes du ciel pour formuler un horoscope."

Il regrette qu'il y ait "beaucoup de grotesqueries" dans le domaine, citant notamment ceux qui se présentent comme voyants ou tirent les cartes. "On est une poignée à le faire bien en France, déplore Jean-Yves Espié. Dans la presse écrite, 90% de ce que l'on trouve, c'est du repiquage, des phrases en vrac sélectionnées par un algorithme."

Des horoscopes "pipeau"

Un informaticien a analysé quatre ans d'horoscope du quotidien 20 Minutes et démontré qu'une même prédiction était revenue vingt fois, mot pour mot, pour des signes astrologiques différents, rapportait un reportage de France 2. Le gratuit avait d'ailleurs fait son autocritique et reconnu que ses horoscopes étaient écrits par des stagiaires ou générés automatiquement par des logiciels.

Marc Brun, de la Fédération des astrologues francophones, alerte lui aussi contre une certaine pratique de l'astrologie et évoque des horoscopes "pipeau". Même proposées par un astrologue professionnel, explique-t-il, ce type de prévisions restent génériques, "c'est ce qui fait leur faiblesse".

"C'est comme si on vous disait à la météo: 'Demain, en France, par endroits, il va faire beau mais il va aussi pleuvoir'. S'il est écrit 'attention aux fractures pour les gémeaux', cela ne signifie pas pour autant que 13 millions de gémeaux vont se fracturer un membre dans la journée. L'astrologie éclaire la route, pas le volant, il y a un libre-arbitre. S'il y a un transit dans votre maison 7, votre couple risque de traverser une zone de turbulences, mais aucun astrologue ne pourra vous dire que vous allez divorcer."

Signes et décans

Une analyse que nuance Elizabeth Teissier, qui a été en charge de plusieurs rubriques astrologiques dans la presse écrite pendant près de trente ans. Si elle admet qu'un horoscope de ce type reste "une approximation plus ou moins bonne", pointe-t-elle pour BFMTV.com, il peut néanmoins présenter de grandes qualités.

"Un horoscope est une généralisation par rapport à un seul critère: le Soleil. On ne peut pas prendre en compte plus de variables ainsi que toutes les planètes. Mais si on découpe chaque signe en trois décans, on obtient 36 analyses au lieu de 12, et c'est alors bien plus précis."

Sa méthode de travail: à partir d'un thème astral, c'est-à-dire une carte du ciel du moment à étudier, et de l'emplacement des planètes, elle interprète l'effet des constellations pour chaque signe. "Les horoscopes collectifs qui proposent une analyse pour l'ensemble d'un signe ne sont pas valables, ils ne prennent pas en compte les différents décans, reconnaît Elizabeth Teissier, auteure de 2020, le grand tournant et qui propose également ses prévisions sur sa chaîne Youtube. Je lis parfois des choses aberrantes."

"Une pendule en panne"

Marc Brun met néanmoins en garde contre les faux-positifs en série. Et dénonce un effet "pervers" de ces horoscopes: l'effet barnum, c'est-à-dire la tendance à se reconnaître dans des caractéristiques pourtant très générales. "Quelqu'un va lire dans son horoscope 'attention aux escaliers'. Même si cela le fait rire et qu'il le prend à la légère, ça va lui trotter dans la tête toute la journée. Il va y repenser au moment de descendre les marches du métro, va trébucher et tomber. Et en bas des escaliers, il va se dire 'mon horoscope avait raison'. Cela entretient l'illusion."

Un point de vue que partage Romy Souvayre, maîtresse de conférences à l'université Clermont-Auvergne. Selon elle, pour ceux qui y croient, tous les événements positifs ou négatifs sont considérés comme des preuves et contribuent à alimenter et renforcer l'adhésion.

"C'est le biais de confirmation, analyse cette universitaire interrogée par BFMTV.com. Confirmer dans sa propre vie ce que l'horoscope nous a annoncé alors qu'en réalité les prédictions sont souvent très imprécises. C'est comme une pendule en panne qui donne la bonne heure deux fois par jour, on ne retient que ces moments-là."

C'est pour cela que Marc Brun estime que les horoscopes au mois ou à l'année seraient plus fiables que ceux à la journée. "Il y a des astres qui se déplacent lentement et très peu sur une semaine, contrairement au Soleil, à la Lune, Vénus ou Mercure qui ont une révolution rapide et peuvent donner des indications." Les douze signes du zodiaque, les dix planètes et les douze maisons: établir un véritable horoscope personnalisé serait "très technique", assure cet astrologue. "Pour nous, l'astrologie, c'est un accompagnement de vie, une sorte d'astro-coaching."

"Nous prenons nos distances avec ces horoscopes qui n'ont rien à voir avec ce que nous pouvons pratiquer lors d'une consultation individuelle. Un horoscope, ce n'est ni du tarot ni de la divination."

"Une croyance qui prend l'apparence d'une science"

Mais pour Romy Souvayre, spécialiste de la sociologie des croyances, l'astrologie reste une croyance comme une autre. "On veut savoir quel sera notre avenir et l'horoscope nous le promet, c'est la partie triviale." Cette sociologue, auteure de Croire à l'incroyable, remarque qu'avec la construction du thème astral selon la date et l'heure de naissance, "une partie plus technique complexifie l'approche de cette croyance", la rendant moins abordable aux non initiés et lui accordant ainsi une plus grande valeur.

"C'est une croyance qui prend l'apparence d'une science, c'était d'ailleurs une science par le passé. Au Moyen Âge, on expliquait les maladies par l'astrologie. Mais aucune étude n'a à ce jour, à ma connaissance, démontré que la date de naissance de quelqu'un permettait de définir sa personnalité."

Selon cette universitaire, les horoscopes s'adressent à un large public: aussi bien ceux qui souhaitent se découvrir, cherchent des clés au quotidien ou angoissent de l'avenir. "L'horoscope leur apporte des réponses." Et c'est aussi un guide. "Certains personnes font des choix au regard de ce qu'elles ont lu dans leur horoscope." S'il dit ce que sera demain, il explique aussi le passé.

"Si je n'ai pas eu le bac, c'est parce que Vénus ou Mars n'était pas aligné. Ce n'est pas ma faute, c'est à cause des astres, détaille Romy Souvayre. Cela créé une externalité des causes des échecs. Et cela donne du sens."

"C'est la tape du copain sur l'épaule"

Observation similaire pour Marc Brun. Selon lui, le rituel de la lecture quotidienne des horoscopes serait avant tout un moyen de se rassurer. "Ils sont souvent tournés de manière positive même s'il y a quelques nuages dans le ciel. C'est un encouragement qui vient redonner de la confiance dans un petit moment de doute. C'est la tape du copain sur l'épaule qui vous dit: 'tout va bien se passer'."

Alors si votre horoscope vous a dit ce matin qu'il est temps de faire "un bilan de santé", que "vous vous posez des questions sur la fidélité de votre conjoint" ou qui faut "élargir votre horizon professionnel" pour "réaliser tous vos projets", cela ne signifie peut-être pas pour autant que la maladie vous guette, que votre conjoint vous trompe ou qu'il faille du jour au lendemain tout plaquer.

Céline Hussonnois-Alaya