BFMTV

Pourquoi les arrondissements de Paris sont-ils disposés en spirale?

Les quatre premiers arrondissements de Paris pourraient fusionner.

Les quatre premiers arrondissements de Paris pourraient fusionner. - Joël Saget - AFP

Un projet de loi prévoit de fusionner les 4 premiers arrondissements de Paris. Un changement dans le paysage parisien qui n'a pratiquement pas bougé depuis la numérotation des arrondissements en spirale au 19e siècle.

Paris aura peut-être un grand arrondissement en son centre. C'est en tout cas la volonté de la majorité à l'Assemblée et à la mairie de Paris qui soutiennent le projet de loi du nouveau statut de Paris. S'il est adopté, les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements devraient fusionner pour former un "secteur".

Si officiellement les codes postaux ne disparaîtront pas, c'est tout de même une petite révolution. Depuis une loi du 16 juin 1859, Paris a en effet toujours compté 20 arrondissements, numérotés en spirale depuis cette date. Une disposition en escargot due aux habitants de l'actuel 16e arrondissement.

Le chiffre 13 rejeté par les faubourgs bourgeois

A cette époque, Paris ne compte que douze arrondissements dont la numérotation n'a rien à voir avec celle d'aujourd'hui. Les Champs-Elysées actuellement dans le 8e arrondissement étaient par exemple dans le 1er arrondissement. Mais sous Napoléon III qui entreprend de grands travaux dans la capitale avec le baron Haussmann, Paris prend de l'ampleur et les faubourgs sont intégrés à la ville.

Mais à l'ouest, les faubourgs déjà chics d'Auteuil et Passy sont en passe de devenir le 13e arrondissement. Pas question pour les habitants qui voient dans d'un mauvais oeil ce chiffre associé à l'expression populaire "se marier à la mairie du 13e", une expression qui signifiait vivre en concubinage et donc en-dehors des moeurs de l'époque. Le maire de Passy suggère alors une numérotation des arrondissements en spirale, en partant du coeur de Paris puis dans le sens des aiguilles d'une montre. Une proposition qui sera acceptée et intégrée dans la loi sur l'extension de Paris. Le numéro 13 fut donc ainsi laissé à un faubourg plus populaire tandis que Passy et Auteuil héritaient du 16e.

Carole Blanchard