BFMTV

Pour la visite d'Emmanuel Macron à Amboise jeudi, les habitants pourront bien être à leur fenêtre

Les président français et italien sont attendus au château d'Amboise.

Les président français et italien sont attendus au château d'Amboise. - AFP

La préfecture d'Indre-et-Loire a indiqué qu'aucun arrêté ne sera pris pour interdire aux habitants d'Amboise de paraître à leurs fenêtres lors de la visite des présidents français et italien.

Les habitants d'Amboise pourront bien apercevoir Emmanuel Macron depuis... leurs fenêtres. Annoncé par le maire de la commune d'Indre-et-Loire, l'arrêté préfectoral interdisant aux Amboisiens et Amboisiennes de paraître aux fenêtres de leur logement à l'occasion ce jeudi d'une visite du président français accompagné de son homologue italien ne sera pas pris, confirme à BFMTV.com la préfecture du département.

Jeudi, Emmanuel Macron et Sergio Mattarella sont attendus à Amboise à l'occasion des 500 ans de la mort du peintre et ingénieur Leonard de Vinci, dont la dépouille repose au Château Royal d'Amboise. En prévision de cette venue présidentielle, les autorités ont tenu une conférence de presse lundi pour annoncer le dispositif de sécurité qui serait mis en place.

Dans le détail, la préfète d'Indre-et-Loire a donné les arrêtés visant à l'interdiction de navigation et de survol des sites visités par les deux présidents. Un arrêté préfectoral a également été pris relatif aux interdictions de port d'armes et de manifestation dans certaines zones de la ville. Des restrictions de circulation et de stationnement ont également été prises.

capture
capture © Préfecture d'Indre-et-Loire

Lors de ce point-presse, la mairie avait annoncé son intention de faire paraître un arrêté interdisant aux riverains de paraître à leurs fenêtres. "Cet arrêté n'a pas été pris et ne sera jamais pris, tranche-t-on du côté de la préfecture. Cette mesure ne faisait pas partie des demandes effectuées." Le 2 mai, il y aura toutefois des limitations d'accès aux piétons à certains moments de la journée dans certaines zones de la ville concernées par la visite présidentielle.

Quelques 300 gendarmes vont être mobilisés pour cette venue des deux présidents.

Justine Chevalier